Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on print
Share on skype
Share on telegram
Share on email
Share on linkedin

Moulaye Najim: "La liberté de la presse ne peut être une source d'offense aux religions et de conflits des civilisations

0

moulayForum africain des éditeurs (TAEF) : Moulaye Najim 

met en garde ses collègues de calquer l’approche occidentale

Le Directeur de Publication du magazine international  “Points Chauds”  et Président du Syndicat des Éditeurs de la Presse en Mauritanie (SEPM , le journaliste Moulaye Najim Ould Moulaye Zeine, a mis en garde ses collègues participants au Forum africain des éditeurs (TAEF) de trois jours, organisé dans la capitale tchadienne Ndjamena, contre le calquage  de l’approche occidentale, en matière de gestion et de traitement des aspects sécuritaires liés au terrorisme.

 Ould Moulaye Zeine  a affirmé  à ce grand  et important rendez-vous médiatique panafricain, que la question du terrorisme est  un sujet alambiqué et diversifié, soulignant que son traitement médiatique la rend plus complexe que ne l’imaginent certains.

L’intervenant a mis en exergue dans son intervention, qu’en cherchant d’une manière professionnelle, à aborder  n’ importe quel sujet lié au terrorisme, le journaliste devient une cible  pour les deux parties.

L’éminent journaliste africain a recommandé ses collègues du continent, à s’éloigner de la vision médiatique occidentale de traitement de la question du terrorisme, soulignant que le concept du terrorisme est différemment désigné par chacune des parties.

« Ce qui est considéré comme un acte terroriste par une partie, peut ne pas être apprécié ainsi par une seconde partie » a-t-il dit, précisant également que « ce qui est qualifié comme une résistance régulière ou une légitime défense, peut être appréhendé  par l’autre partie comme un acte terroriste, contre lequel il faut lutter » a-t-il ajouté.

« Ce sont ces vérités, qui ont fait, en dépit des alliances et des positions protocolaires de solidarité, l’humanité demeure incapable de s’accorder sur une appellation commune du mot terrorisme » a-t-il poursuivi.

Et de continuer son discours devant ses confrères panafricains en disant : « les médias africains manifestent une compréhension relative de certains principes de la démocratie occidentale,  qui ont enfanté des libertés, comme la liberté d’information et de presse. Etant donné que nous avons besoin des principes de ces libertés en Afrique, cette liberté ne peut jamais être une source du conflit  des civilisations et d’offense  aux religions » a-t-il conclu.

Il est à noter que l’intervention  de Moulaye Najem Ould Moulaye Zeine  a été faite au cours des échanges de discours, dans le cadre des activités du Forum africain des éditeurs (TAEF) organisé dans la capitale tchadienne Ndjamena du 2 au 4 février courant sous le thème « les médias et les crises en Afrique : insécurité et épidémies ».

Le Forum africain des éditeurs est une organisation panafricaine regroupant les responsables des médias publics et privés ainsi que les universitaires spécialisés dans le domaine des médias.

L’assemblée générale de N’Djaména s’est tenue après celle de Kigali, au Rwanda, en 2012. Créé il y a une dizaine d’années, le Forum des éditeurs africains dispose des démembrements dans les différentes régions du continent. Son siège est à Johannesburg, en Afrique du Sud.
copyrigt Points Chauds

التعليقات

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on print