Mohamed Ould Maouloud : « La COD n’exige pas un report des élections, mais des conditions de transparence optimales »

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

maouloud_ufp_123A l’issue de la deuxième journée du dialogue « Pouvoir-Coordination de l’Opposition Démocratique (COD) » ouvert lundi 30 septembre 2013 au Palais des Congrès de Nouakchott, le président Mohamed Ould Maouloud de l’UFP (Union des forces du progrès), chef de la délégation de la COD, a déclaré que l’opposition mauritanienne ne réclame pas à priori un quelconque report des élections législatives et municipales, fixées au 23 novembre 2013, mais « souhaite que les négociations en cours puissent aboutir à l’organisation de scrutins transparents ».

Mohamed Ould Maouloud, chef des négociateurs de la COD au dialogue entre le pouvoir et l’opposition, ouvert lundi dernier à Nouakchott, s’est exprimé dans les grandes lignes de ce deuxième round de négociation.

Selon lui, la transparence des élections, cheval de bataille e la COD, requiert que le pouvoir en place déploie davantage d’efforts pour donner les gages de sa bonne foi, ce qui ne semble pas le cas trouve-t-il, au regard du processus qui se poursuit, avec une Commission électorale nationale indépendante (CENI) qui fixe l’ouverture des candidatures à jeudi, comme si des négociations n’étaient pas en cours.

Pour Ould Maouloud, « la COD a présenté ses propositions de sortie de crise qui passerait d’après lui, par la mise en place de conditions nécessaires pouvant garantir la transparence des élections, notamment l’enrôlement de l’ensemble des Mauritaniens en âge de voter sur les Registres des populations et titres sécurisés, l’audit de ce fichier, la mise en place de moyens matériels et organisationnels à même d’assurer le déroulement des opérations de vote et le consensus politique, en donnant à ce processus tout le temps qu’il faudra.

Autant d’éléments aux yeux de Mohamed Oud Mohamed qui ne lui semblent pas exister actuellement. Il faut dire qu’à l’issue de la première séance à huis clos de ce conclave « Pouvoir-COD », le président Ould Maouloud avait brossé en peu de mots les termes du débat qui avait réuni les deux délégations.

Cette première journée a été marquée selon lui par un consensus sur l’ordre du jour, qualifiant de positif le climat dans lequel ce round s’est déroulé. Pour sa part, le capitaine de l’équipe adverse, Mohamed Yahya Ould Horma, Vice-président du parti-état, l’Union Pour la République (UPR), ministre de la Communication a déclaré que les deux délégations ont élucidé les points essentiels relatifs au processus électoral et aux scrutins proprement dits, soulignant lui aussi le climat de franchise et de sérieux qui a caractérisé les débats.

Les principaux acteurs semblent ainsi confiants quant aux résultats positifs auxquels le dialogue en cours pourrait aboutir, sans que pour l’instant l’opinion ne puisse se faire une idée à priori du bilan des négociations ni des concessions faites de part et d’autre pour y parvenir.

 

L’Authentique

Actualités connexes