Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on print
Share on skype
Share on telegram
Share on email
Share on linkedin

Mission du « pacificateur » Ould Mohamed Laghdaf : retrouvailles Aziz – Ould Daddah

0

moulaye-azizInvesti de la mission d’apaiser la scène politique à l’entame du second mandat de son mentor, l’ancien Premier ministre, Moulaye Ould Mohamed Laghdaf tente de frapper un grand coup : organiser une rencontre entre le président de la République et les principaux leaders politiques de l’opposition dont Ahmed Ould Daddah !
L’ancien Premier ministre Moulaye Ould Mohamed Laghdaf ne compte pas faire dans la dentelle dans la mission « secrète » que vient de lui confier le président de la République qui consiste à mettre fin à la crise politique qui secoue le pays. Ce technicien aux dispositions administratives réelles, devenu fin homme politique après six ans passés à la tête du gouvernement, semble être bien parti pour réussir un coup d’éclat sur la scène publique ! En moins de quinze jours, l’homme est parvenu à renouer quelques contacts avec les formations politiques de l’opposition regroupées au sein du Forum.
C’est d’abord à M. Cheikh Sid’Ahmed Ould Babemine, président du Forum National pour la Défense de la Démocratie et l’Unité qu’il se serait adressé pendant la première semaine du présent mois d’octobre. Les échanges téléphoniques ont porté entre autres, sur la situation générale du pays et la nécessité de sortir les populations de la crise globale dans laquelle elles sont plongées ces dernières années. Faisant état d’une part, de l’entière disponibilité du président de la République à relancer sans condition, le processus de dialogue national, et d’autre part, de son engagement personnel sincère à ne rien ménager pour arriver à une paix de cœurs définitive entre l’ensemble des acteurs politiques, Ould Mohamed Laghdaf, serait parvenu à convaincre son interlocuteur qui l’aurait recommandé à ses siens. C’est ainsi que le « messager » du président de la République a eu des communications avec plusieurs présidents de formations politiques parmi lesquels, Ould Maouloud de l’UFP, Gemil de Tewassoul, Ould Bettah de la Convergence, Ahmed Ould Daddah du RFD, Kane Hamidou baba du MPR, Hannena de Hatem… Tous ont pris acte de la mission de leur interlocuteur, s’interdisant toutefois de se prononcer à propos. Pour les leaders de l’opposition, la décision à apporter à une telle proposition doit être collective et décidée à terme, au sein du Forum ! Pour autant, on apprend de sources informées, que l’ex-PM aurait bataillé ferme pour avoir le président du RFD au bout du file. Il a fallu pour se faire l’insistance du Président du Forum , mais aussi, celle du président de l’UFP, pour que Ould Daddah daigne enfin décrocher son téléphone. Mis devant le fait accompli, il n’aurait pas vu d’inconvénients à la reprise du dialogue « si cela va contribuer à aider les populations » devait-il retenir.
En attendant, ayant décidé de ratisser large, l’ex-Premier ministre continue le reste de son agenda qui devrait le conduire à rencontrer les responsables de partis regroupés au sein de la CAP de Messaoud Ould Boulkheïr, puis, une fois n’est pas coutume, des représentants de la société civile. Les leaders économiques seraient aussi ciblés, dans cette perspective d’assainissement de la scène publique pour un président de la République qui souhaite entamer son second mandat sous le signe de la réconciliation.
 
Mission
 
En confiant la présente mission à son ex-Premier ministre, le président de la République le mettrait à l’épreuve. Ould Mohamed Laghdaf doit faire preuve de capacité de manœuvre, de doigté politique et de sa connaissance des hommes, lui qui est considéré comme un probable dauphin au président Ould Abdel Aziz. Il est d’autant plus condamné à la réussite que ses potentiels adversaires au sein de la majorité sont de fait exclus : parmi eux, le mal aimé de l’opposition, Ould Maham le président de l’UPR et ses deux prédécesseurs Isselkou désormais ministre et Ould Mohamed Lemine qui a échangé son boubou d’homme politique pour celui de la diplomatie.
Il s’agit donc d’une mission délicate dont les résultats détermineront le futur de cet homme politique qui aurait obtenu du président de la République, toutes les cartes à-même d’assurer la réussite du pari. Une mission des plus difficiles quand on sait que depuis l’échec du dernier dialogue national et en amont, le non respect des accords de Dakar, qui tous deux, n’ont pas empêché la tenue des suffrages présidentiels et législatifs, l’opposition a décidé de ne jamais plus se laisser embarquer en barque par le Pouvoir.
Une mission difficile aussi quand on sait que l’opposition est en elle-même, profondément partagée sur ses revendications dont la plus importante et certainement la plus délicate concerne la tenue de nouvelles législatives.
fr.africatime.com

التعليقات

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on print