Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on print
Share on skype
Share on telegram
Share on email
Share on linkedin

Maroc: MedCop/Tanger : Une mini COP réussie à tous les égards

0

MedCopTangerÀ trois mois seulement avant la tenue à Marrakech de la conférence Mondiale sur les changements climatiques COP 22, TANGER a accueilli du 18 et 19  la Med COP climat.
En plus de 2000 participants vénus d’un peu partout pour discuter, débattre et échanger sur le Climat, le rendez-vous a été donné aux pays de l’espace Méditerranéen enfin de croiser les regards sur une planète outrageusement chahutée par les transformations économiques induites par les courses effrénées aux profits.

La ville de Tanger, symbole de la communauté de destin entre les deux rives de la Mare nostrum, a abrité   une rencontre de haut niveau, axée sur la lutte contre les changements climatiques, à laquelle ont pris part, deux jours durant,  3000 responsables et acteurs territoriaux et économiques, issus de 22 pays du pourtour méditerranéen dont des ministres et des présidents d’exécutifs locaux.

Organisée à l’initiative du Conseil de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima, sous le thème «  mettre la Mare nostrum au centre des enjeux climatiques », la Conférence des parties des pays riverains de la Méditerranée sur les changements climatiques (MedCop Climat 2016), qui s’inscrit dans le cadre des préparatifs du Royaume pour accueillir la 22ème Conférence mondiale sur le Climat (COP22), qui se tiendra en novembre prochain à Marrakech, a illustré toute son importance et sa grande portée, à travers deux principaux aspects.

Le premier, pour ce grand rendez vous du climat, qui traduit l’engagement de la Méditerranée en faveur de bonnes pratiques visant à limiter les effets des changements climatique, est le fait que la cérémonie d’ouverture a été présidée le lundi 18 juillet dernier à Tanger, par  Son Altesse royale le Prince Moulay Rachid. Le second réside quant à lui, dans le fait que cette édition, a été marquée par le message royal adressé aux participants.

Une allocution qui témoigne à bien des égards, combien le Maroc, gouvernants et gouvernés est entièrement déterminé à relever le défi  climatique de manière générale et de couronner la COP22, prévue en novembre prochain à Marrakech, de tout le succès dû à un événement planétaire décisif.

Ainsi, Sa Majesté le Roi Mohammed VI a affirmé dans son discours lu par Ilyas El Omary, président de la MedCop, que la méditerranée sera l’une des régions du monde les plus impactées par le réchauffement climatique.

“Aujourd’hui, la méditerranée doit donner l’exemple dans la construction d’un nouveau mode de consommation et de production et dans l’innovation en matière de développement durable” a souligné le Souverain.

“Subissant la majorité des impacts climatiques répertoriés, la Méditerranée saura transformer les indispensables mesures d’atténuation et d’adaptation en leviers pour un développement durable inclusif et prospère”, a ajouté SM le Roi, relevant que cette région sera ainsi reconnue au niveau international par les travaux conjoints qu’elle mènera.

SAR Moulay Rachid a également visité l’espace “médina des solutions”, construit à partir de matériaux recyclés et rassemblant prés de 40 exposants.

La séance de clôture de cette  MedCop Climat 2016 a été marquée par l’annonce de la ville italienne Palerme, comme lieu d’accueil de la troisième édition et la ville tunisienne de Sousse pour la quatrième édition.

Elle a été également sanctionné par r l’adoption de plusieurs recommandations dans le cadre de «l’Appel de Tanger». Une série de réunions et de négociations a amené les présidents des régions et autorités locales des grands territoires de la Méditerranée, qui étaient accompagnés par les entrepreneurs, décideurs économiques et sociaux, acteurs de la société civile, chercheurs, agents techniques, experts, des deux rives de la Méditerranée, de déclarer l’urgence d’une mobilisation collective pour lutter contre le changement climatique et la mise en œuvre d’une stratégie d’adaptation au changement climatique, fondée sur des plans d’action coordonnés et ambitieux.

Ils ont fait part aussi de la nécessité de mettre au point des programmes d’actions concrètes adaptés aux spécificités des territoires du pourtour méditerranéen.

«Ces travaux de la MedCop Climat 2016 représentent pour les régions et autres territoires une opportunité majeure pour inscrire dans le réel des solutions adaptées aux engagements. Nous, tous Méditerranéens, leur proposons de s’en saisir et de les porter à la connaissance des instances internationales de la COP22 et du plus grand nombre de l’opinion publique», a souligné Ilyas El Omari, président du Conseil de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, suite à la séance de clôture des travaux de cette deuxième édition.

Cet événement a connu, par ailleurs l’adoption de la célèbre charte de «Gouvernance climat des territoires de la Méditerranée», dont les différentes parties représentées, lors de cette MedCop, considèrent que les engagements pris par les pays en amont de la précédente édition ne permettraient actuellement que de limiter le réchauffement climatique à 3,3°C (au lieu de 2°C proposé dans le cadre de l’accord de la Cop21 de Paris).

Les signataires de cette charte se sont engagés ainsi à créer un «cadre organisé de dialogue inter-régions méditerranéen», réfléchissant et partageant toutes les bonnes pratiques permettant de minimiser les effets du changement global qui menacent l’environnement, la santé et le bien-être des populations.

Parmi les neuf engagements de ces parties signataires, figurent ceux de la mise en place d’un plan méditerranéen de transition vers une croissance en cohérence avec les 17 objectifs mondiaux de développement durable ainsi que l’accompagnement des entreprises de la Méditerranée pour les amener à diminuer leur empreinte en carbone et créer des solutions pour le climat.

Il s’agit aussi de la réalisation d’un projet de création d’une «Maison du climat de la Méditerranée», dont le siège sera basé à Tanger. Et ce afin «de développer des mécanismes appropriés pour le suivi et l’évaluation des progrès découlant de la mise en pratique de cette charte qui accueille un centre de ressources et le secrétariat permanent des forums méditerranéens de la MedCop Climat, et la coordination des actions de mise en valeur d’une «voix écologique de la Méditerranée» dans les négociations internationales», selon les termes de cette charte.

Il a connu aussi le lancement officiel du « Réseau femmes face aux défis des changements climatiques en Méditerranée (RFFDCC) », destiné à regrouper les associations, les institutions de défense des droits des femmes et ONG féminines méditerranéennes œuvrant dans les domaines de l’environnement, des droits de l’Homme et de l’autonomisation.

A mi-chemin entre la COP 21 et la COP 22, cette MedCopp Climat de Tanger a été une sacrée occasion pour les acteurs de la région pour coordonner leurs positions sur la mise en œuvre de l’accord de Paris et institutionnaliser la voix de la Méditerranée au niveau international, au sein des instances de négociations sur le climat.

Face à un enjeu scientifique prioritaire de connaissance, d’analyse et de compréhension des phénomènes climatiques et de leurs impacts à un niveau régional, la MedCOP est appelée à devenir un acteur de référence, conjuguant expertise, ambition et coopération.

 Moulaye Najim (Envoyé Spécial)

 

التعليقات

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on print