Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on print
Share on skype
Share on telegram
Share on email
Share on linkedin

Mauritaniens libérés de Guantanamo : Le mystère plane sur le vol de l’US Air Force

0

UsAirForceDiverses versions ont fleuri pendant les quarante-huit heures passées sur l’identité des prisonniers mauritaniens de Guantanamo livrés vendredi 31 mai dernier aux autorités à bord d’un vol de l’US Air Force.

Les premières informations relatives à la libération de Mohamedou Ould Sellahi et d’Ahmed Ould Abdel Aziz, lâchés par des sources d’information sécuritaires, seront plus tard démenties. Tantôt, c’est Ahmed Ould Abdel Aziz et un certain El Hadj Ould Houceine dit « Abu El Ayoub al-Mouritani » qui ont été libérés, tantôt, c’est ce dernier seulement qui l’a été.

Pour le moment, rien ne filtre encore côté officiel. La seule information qui semble être confirmée, est que l’avion d’US Air Force qui s’était posé sur le tarmac de l’aéroport de Nouakchott, la nuit du vendredi, transportait un ou des prisonniers en provenance de Guantanamo.

La déception se le dispute aujourd’hui à une angoisse empreinte d’espoir. Lorsque les familles Ehe Sellahi et Ehel Abdel Aziz apprirent de sources proches des services de renseignement, que leurs enfants détenus depuis plus d’une décennie à Guantanamo, Mohamedou et Ahmed, ont été libérés, une joie intense, presqu’aveuglante, s’est emparée d’elles, au point que contre toute retenue, elles ont tenu à la partager avec l’opinion publique, via les médias. Cette euphorie a laissé par la suite place à une sourde angoisse, laissée par des renseignements de plus en plus contradictoires et diffus.

Les dernières sources d’information, jugées plus crédibles, ne parlaient plus que d’une seule libération. Celle d’un Mauritanien jusque-là inconnu dans l’inconscient populaire qui avait circonscrit à deux le nombre de citoyens mauritaniens emprisonnés par les Américains. Il s’agit d’El Hadj Ould Houceine, dit « Abu El Ayoub al-Mouritani ». Aussi paradoxal qu’il soit, celui qui n’a jamais été mentionné dans le registre des Mauritaniens prisonniers de Guantanamo, qui n’a jamais bénéficié du moindre soutien, car « inexistant » dans les statistiques populaires, serait le seul à avoir bénéficié de la largesse des Américains.

La libération de ce Mauritanien pose en fait beaucoup de questions. Sa libération résulte-t-elle d’un acte délibéré de l’administration américaine ou d’une demande express du gouvernement mauritanien qui le considérerait plus intéressant en termes de renseignements que Mohamedou Ould Sellahi et Ahmed Ould Abdel Aziz ?

L’Etat mauritanien était-il au courant de sa présence à Guantanamo ? Si oui, pourquoi son existence a toujours été occultée ? Pourquoi le président Mohamed Ould Abdel Aziz, au cours de deux ses shows médiatiques populaires, « Liqaa Chaab », à Nouakchott et à Atar, où la situation des prisonniers de Guantanamo lui a été posée, n’a jamais fait mention que de Ould Sellahi et de Ould Abdel Aziz ?

Par ailleurs, d’autres sources ont déclaré que deux prisonniers ont été débarqués du cargo américain à l’aéroport de Nouakchott. Cette fois, la libération d’Ahmed Ould Abdel Aziz, en plus de celle d’El Hadj Ould Houceine, est mentionnée. L’élargissement de l’ingénieur Mohamedou Ould Sellahi s’avère quant à elle de moins en moins plausible. Pourtant, d’autres sources continuent de croire dur comme fer que l’appareil militaire de l’US Air Force avait vomi trois silhouettes, deux de taillé élancée et un troisième plus trapue.

Ils auraient été accueillis à leur descente d’avion par des officiers de renseignement mauritaniens et l’ambassadrice des Etats-Unis à Nouakchott. Pendant que trois véhicules blindés, sans immatriculation et aux vitres teintées, auraient quitté selon cette version l’aéroport par la porte du fret, les membres d’équipe de l’avion qui avaient escorté le ou les prisonniers, se seraient rendus directement au salon d’honneur en compagnie des officiels.

Le (s) colis réceptionné (s) par les agents du BED (contre espionnage mauritanien) auraient ainsi été conduits vers l’une de leurs nombreuses résidences secrètes à Nouakchott. Pour l’instant, les familles comme l’opinion publique restent dans l’expectative, dans l’attente d’une confirmation en faveur de l’une ou de l’autre des thèses qui circulent sur cette mystérieuse livraison.

Il faut rappeler que l’affaire des deux prisonniers de Guantanamo, Mohamedou Ould Sellahi et Ahmed Ould Abdel Aziz, avait atteint ces jours-ci son paroxysme, avec les marches de protestation organisées par les familles devant les grilles de la présidence de la République et les locaux de l’ambassade américaine à Nouakchott. Pendant ce temps, les appels d’intercession n’ont cessé de pleuvoir en direction de la Présidence de la République et de la Primature pour pousser l’Etat mauritanien à formuler officiellement une demande d’extradition de ses citoyens.

Passée cette déception, les familles Ehel Sellahi et Ehel Abdel Aziz, devront sans doute voir dans cette première libération, les prémisses d’un envol prochain qui sera cette fois-ci le bon. En effet, la décision du président Obama de fermer Guantanamo, ajouté aux intentions américaines de renforcer la coopération militaire avec la Mauritanie, pourraient bien déboucher sur la libération des derniers prisonniers mauritaniens du Camp Delta X. Pour que l’angoisse des parents deviennent pour de bon, une joie réelle.

JOB

L’Authentique (Mauritanie)

التعليقات

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on print