Mauritanie:Grève des chauffeurs de taxis à Nouakchott : Actes de vandalisme et un blessé à Arafat

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

L’entrée en vigueur des nouvelles dispositions imposées par les autorités en matière de code de la route aujourd’hui premier 2017, a irrité les chauffeurs de taxis qui ont choisi d’aller en grève. Il s’agit d’un mouvement de grève qui a paralysé la circulation dans toute la ville de Nouakchott, a-t-on constaté.

Des chauffeurs de taxis et des badauds scandant des slogans hostiles aux nouvelles mesures ont érigé des barricades sur les routes d’autres sont allés vandaliser un kiosque de vente de téléphonie mobile situé au carrefour Msid-Nour à Arafat, la capitale de Nouakchott-Sud.

Interrogé par notre reporter, le propriétaire de la cantine a affirmé qu’un lot de téléphones portables, des paquets de cartes de recharge, des accessoires de téléphone ont été pillés et la cantine détruite. Il a dit que son frère a reçu des coups de cailloux lorsqu’il a voulu intervenir.

Ce kiosque a été réduit au néant par les pillards. Dans la foulée, le gérant d’un magasin de vente en gros a reçu une pierre à la tête alors qu’il fermait sa boutique devant une foule de jeunes manifestants armés de pierres et de bâtons. Le blessé a été évacué au centre hospitalier pour des soins, nous apprend son frère.

Tout a commencé vers les coups de 9 heures. Peu après, des forces de la police nationale ont intervenu pour ramener la confiance au sein des populations.

Toujours dans le même contexte, des sirènes de la police et des coups de lacrymogène ont été entendus au niveau du carrefour Bamako de Riad,où, des manifestants barraient la route.

Selon des témoins, des groupes de chauffeurs et de jeunes délinquants érigeaient des barricades et brulaient des pneus sur la route nationale N°2.

Rappelons des véhicules des forces de sécurité sont stationnés sur les principaux axes routiers pour stopper à tout débordement.

Actualités connexes