Mauritanie:Atelier sur l’ingénierie financière et le développement de la finance islamique

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

Les travaux d’un atelier de travail technique sur l’ingénierie financière et le développement des produits des institutions financières islamiques, organisé par la Banque Centrale de Mauritanie avec la collaboration du conseil général des banques et institutions financières islamiques, ont débuté mardi matin à Nouakchott.
L’atelier, qui dure trois jours, vise à doter les fonctionnaires des banques et institutions financières islamiques et les autorités de contrôle et de supervision d’informations techniques et d’expertises portant sur l’ingénierie financière et le développement des produits financiers islamiques en plus de l’assimilation des mécanismes et autres questions liées à la promotion de ces produits.
Le programme de cette rencontre, qui profite aux représentants de plusieurs banques et institutions financières islamiques, comprend la présentation des exposés sur le concept de l’ingénierie islamique et ses outils, son rôle dans la gestion des risques et le développement des produits financiers, de la réalité de l’ingénierie islamique et son avenir, ainsi que les expériences dans le domaine de la promotion des produits financiers islamiques.
Le gouverneur de la Banque Centrale de Mauritanie (BCM), M. Abdel Aziz Ould Dahi, a, à cette occasion, indiqué que la finance islamique en Mauritanie a connu, au cours des dernières années, un développement sans précédent qui s’est illustré dans l’accroissement du nombre des banques et guichets islamiques.
Il a par la suite ajouté que ce développement a permis d’accroitre l’activité dans ce domaine pour atteindre plus de 22% du volume des dépôts, des crédits et du total des actifs bancaires à la fin de l’année 2016 sans prendre en compte les opérations des guichets islamiques.
Le gouverneur a souligné l’impact positif de l’accroissement accéléré de la finance islamique dans notre pays sur le niveau de l’inclusion financière où le taux bancaire est passé de 5 % à la fin de 2010 à plus de 14 % à la fin de 2016
Il a expliqué que la BCM, dans le but de contribuer à la mise en place d’un environnement juridique et organisationnel propice, a procédé à la révision de l’ordonnance relative à son statut et l’ordonnance organisant les établissements de crédit dans le but de créer une commission qui veille à la conformité de ces opérations avec la loi islamique et à déterminer les mécanismes de son travail et la nature des banques islamiques, ainsi que la qualité des opérations et produits islamiques autorisés.

Actualités connexes