Mauritanie : Second tour des législatives L’opposition mauritanienne dénonce les élections

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

elections 123«Le peuple mauritanien a déjà rejeté cette mascarade électorale et il le réaffirme ici par sa présence aux côtés de la Coordination de l’opposition démocratique (COD)», a déclaré le chef de file de l’opposition mauritanienne, Ahmed Ould Daddah, au cours de la marche organisée sous le slogan :

«La mascarade électorale, une consécration du despotisme», peut-on lire dans les colonnes d’«El Khabar» selon lequel «l’opposition veut démonter par cette marche que le peuple rejette cette mascarade électorale organisée par le régime de Mohamed Ould Abdel Aziz».

Des milliers de militants de la Coordination de l’opposition démocratique (COD) ont manifesté mardi à Nouakchott contre les élections législatives et municipales «unilatérales» dont le second tour est prévu samedi, a constaté un journaliste de l’AFP.

Les militants, qui ont marché sur trois kilomètres au centre de Nouakchott, ont brandi des pancartes et scandé des slogans fustigeant «la mascarade électorale» et appelant à «sauver le pays» des conséquences de «l’entêtement du pouvoir à poursuivre son action de sape».

En effet, le parti au pouvoir en Mauritanie part grand favori du second tour des élections législatives et municipales, boycotté par une bonne partie de l’opposition, malgré la timide percée des islamistes modérés de Tewassoul au premier tour. Près d’un million d’électeurs sont appelés à voter à ce second tour – ils étaient 1,2 million au premier le 23 novembre – pour renouveler 30 sièges des 147 que compte l’Assemblée nationale et les conseils municipaux de 119 communes sur les 218 du pays.

Aux législatives, le parti du Président Mohamed Ould Abdel Aziz, l’Union pour la République (UPR), était largement arrivé en tête du premier tour avec 52 sièges de député sur 117 attribués, 86 avec ses alliés.

L’UPR a été suivi par le parti islamiste Tewassoul qui a obtenu douze sièges, une bonne performance pour ce parti, légalisé en 2007 et dont c’était la première participation à des élections. L’ensemble de l’opposition qui participe à ces scrutins avait obtenu 31 sièges.

Les autres partis de la COD, dite opposition «radicale», boycottent des scrutins qui, selon eux, ont été organisés «unilatéralement» par le pouvoir du Président Aziz qu’ils considèrent comme un «dictateur».

Le score de Tewassoul était considéré comme l’un des principaux enjeux de ces élections et, en devenant le second parti de Mauritanie à l’issue du premier tour, il a gagné son pari puisqu’il est le seul des onze formations de la Coordination de l’opposition démocratique (COD) à avoir choisi d’y participer.

Pour une annulation du scrutin

Évoquant le premier tour de ces élections, et en dépit du fort taux de participation estimé à 75%, Ahmed Ould Daddah a néanmoins parlé d’un «échec» pour le pouvoir et exigé «l’annulation pure et simple» des scrutins et l’organisation d’un dialogue national pour «l’organisation d’élections consensuelles».

Ces législatives et municipales sont les premières depuis 2006, deux ans avant le coup d’État de Mohamed Ould Abdel Aziz, un ancien général élu Président en 2009 dans des conditions contestées par l’opposition.

Selon le même journal mauritanien, «El Khabar», les présidents des partis de la COD et ceux de l’Alliance patriotique sont tombés d’accord sur «la gravité de la situation actuelle en Mauritanie et la nécessité d’une action commune pour y faire face par divers moyens de lutte pacifique», selon un communiqué publié communément par les deux parties.

Reports multiples des élections

Maintes fois reportées, les législatives et les municipales, lors du premier tour le 23 novembre 2013, ont été boycottées par une partie de l’opposition qui dénonçait des «élections unilatérales et antidémocratiques». Seul parti des 11 formations membres de la Coordination de l’opposition démocratique (COD) à avoir pris part aux scrutins, Tewassoul avait dénoncé, quelques jours après le vote, des irrégularités susceptibles de discréditer les résultats.

 

Le Matin Maroc

 

Actualités connexes