Mauritanie :Mauritanie: rencontre pour le renforcement de la coopération policière dans le G5 Sahel

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

Mauritanie: rencontre pour le renforcement de la coopération policière dans le G5 Sahel

 Une rencontre sur le renforcement de la coopération policière entre les pays du G5 Sahel, regroupant 32 hauts cadres, se tient du 23 au 25 août courant à Nouakchott. Au menu, le renforcement de la coopération policière au niveau de l’espace G5 Sahel.

La lutte contre la criminalité transfrontalière est l’un des piliers des actions sécuritaires prévues dans le cadre du G5 Sahel, organisation regroupant le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad.

C’est dans cet esprit que rentre la tenue à Nouakchott d’une rencontre «de planification du projet de renforcement de la coopération policière dans le G5 Sahel (RCPG5)».

Celle-ci se déroule du mercredi 23 au vendredi 25 août 2017. Il s’agit d’un atelier organisé avec l’appui de la GIZ (Coopération allemande) qui fournit également les spécialistes en sécurité et méthodologie chargés de l’animation.

Ainsi, 32 hauts cadres des polices des pays du G5 se retrouvent dans la capitale mauritanienne pour des échanges «sur la coopération entre responsables de police aux frontières, la sécurisation des zones frontalières, la formation des autorités chargées du contrôle des zones frontalières et dans le domaine de la criminalité transfrontalière, l’analyse de la situation sur le respect des normes en matière de protection des droits humains dans le cadre des contrôles aux frontières et la création d’une plate-forme d’échanges sur la police de proximité au niveau des frontières», détaille un document officiel de l’atelier.

L’étape de Nouakchott apparait comme une démarche dont l’objectif est de dégager une planification opérationnelle des actions de coopération entre les forces de police du G5 Sahel en vue de contrer le développement de plus en plus visible et à une très grande échelle, du crime organisé et transfrontalier.

L’expression la plus visible de ce phénomène apparait aujourd’hui sous les traits du développement du terrorisme islamiste et de diverses formes de trafics criminels parmi lesquels notamment celui des armes, de la drogue et des êtres humains, dans un espace géographique inhospitalier aux frontières poreuses.

La GIZ, coopération allemande, soutient la collaboration au sein des polices du G5 Sahel dans le cadre de la mise en œuvre d’un vaste programme de police en Afrique subsaharienne pour le compte de l’Office des Affaires étrangeres.

 

Actualités connexes