Mauritanie: l’opposition joue sa dernière carte

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

Alors que l’opposition mauritanienne ne devrait pas participer aux prochaines législatives et municipales le chef du parti islamiste Tawassoul Ould Mansour serait prêt à faire cavalier seul. Pour le président en exercice de la Coordination Ould Sidi Baba (Notre photo) il ne s’agit pas de cautionner des élections non consensuelles mais de construire une Mauritanie nouvelle.

Une divergence qui pourrait porter un coup à l’unité de la COD qui demande toujours le départ précipité du président mauritanien. Retour à la case de départ de la guerre permanente contre le régime de Ould Aziz. La raison en est simple. L’opposition sous la houlette de la COD ne sait plus où donner de la tête depuis Juillet 2009.

En ne reconnaissant pas toujours la CENI qualifiée de sénile d’impartiale et de non représentative des partis politiques son président en exercice Ould Sidi Baba a laissé entendre cette semaine à Nouakchott que la Coordination ne cautionnera pas les prochaines législatives faute de consensus politique.

Une façon de marteler que le boycott des urnes est la seule solution pour forcer la main au président mauritanien d’abandonner le pouvoir. Cette situation est aggravée par le fait que la date n’est pas encore fixée malgré la pression de l’opinion publique et de la communauté internationale. Entre l’acharnement contre Ould Aziz , les tergiversations de la CENI et les frictions au sein de l’opposition et la présidence tournante, la COD joue sa dernière carte pour exister.

Mais l’attitude hégémonique du leader du RFD Ould Daddah n’arrange pas les choses. Aujourd’hui il dispose une représentation parlementaire supérieure aux autres formations de l’opposition et un poids électoral plus ou moins modeste mais d’une crédibilité réduite depuis les accords de Dakar qui ont conduit à l’élection du président mauritanien. Ould Maouloud de l’UFP est plus ou moins plus un chef emblématique mais manque plus d’ambitions politiques et d’initiatives au sein du groupe .

Tawassoul de Ould Mansour a le vent en poupe en ce moment et se déclare le seul parti capable de résoudre la fracture sociale et de gagner plus de sièges au prochain parlement. Dans cette galaxie où coexistent des démocrates des progressistes et des islamistes, la COD est totalement illisible tant il est divisé et pourrait éclaté d’un moment à l’autre. Le premier test grandeur nature pour la classe politique interviendra dès l’annonce officielle des prochaines échéances.

Le boycott de l’opposition ne suffirait pas à lui seul à annuler les élections. Il s’agira peut-être d’imaginer une nouvelle stratégie pour empêcher les mauritaniens d’aller aux urnes. Autrement dit un bras de fer auquel souscrirait plus de citoyens pour rendre insignifiant le vote. La COD a une histoire .Encore faudrait-il qu’elle ait un avenir.

 

Actualités connexes