Mauritanie: l’Etat exigé de restituer les dépouilles des soldats noirs pendus en 1990

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

mouvement-fpc-mauritanieLe mouvement des Forces Progressistes du Changement (FPC) exige à l’Etat mauritanien de “restituer aux familles” concernées “les dépouilles des soldats noirs pendus le 28 novembre 1990”.

“Le 28 Novembre ne pourra plus jamais être, pour tous, ce jour d’optimisme symbolisant la renaissance à la dignité et à la liberté du  peuple mauritanien tout entier”, selon les  FPC qui rappellent que “le 28 novembre 1990, le pouvoir arabo-berbères, symbolisé par le régime du Colonel Ould à Taya, fait pendre, de sang froid par leurs frères d’arme, 28 soldats noirs mauritaniens, pour fêter le trentième anniversaire du pays !”

“Ils ont été pendus pour célébrer l’arabité exclusive de la Mauritanie, en solidarité avec l’Irak de Saddam Husein, et  parce qu’ils étaient noirs et non arabes”, estime le mouvement dans un communiqué reçu à Alakhbar.

Et selon communiqué, “depuis le 28 novembre 1990, ce qui aurait dû rester un grand jour- symbole de notre libération du colonialisme français s’est transformé en un Jour de douleur, de deuil, de grande tristesse pour toute la communauté négro-africaine, et en particulier pour toutes celles et tous ceux qui ont perdu des êtres chers”.

Les FPC demandent enfin “l’application du devoir de vérité, du devoir de justice, du devoir de mémoire, des réparations matérielles et morales pleines et entières; au bout du processus la nécessité du pardon”.

ALAKHBAR

Actualités connexes