Mauritanie -Les détails du dossier de Mohamed Ould Ghadda

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

Mauritanie -Les détails du dossier de Mohamed Ould Ghadda

 Selon des informations reçues par la rédaction de l’Agence Tawary d’Informations version arabe, il est prévu qu’au courant de la semaine prochaine, plusieurs dossiers portant des accusations contre le sénateur Mohamed Ould Ghadda soient déchargés par le parquet général.

Dans un premier temps, le dossier qui sera ouvert est celui comportant la plainte déposée contre lui par un officier de l’aviation militaire à propos des révélations sur l’incident de Touweila.

Dit-on que l’enquête de ce dossier était confié aux services de la brigade mixte de la gendarmerie, où, le sénateur a passé plus de trois jours.

Dans un second temps, celui portant tentative de trouble à l’ordre public et que le parquet a évoqué dans un communiqué rendu public,vendredi dernier ;-dont voici un passage “avoir pris connaissance d’informations documentées sur diverses personnes étant entrées en connivence dans le cadre d’un plan pour commettre des crimes gravissimes transfrontaliers”-.

Ce plan est mené “dans le cadre d’une organisation structurée visant la déstabilisation de notre pays”, ce qui a poussé “le parquet général à ouvrir une enquête approfondie et générale autour de ces crimes”, ajoute le communiqué.

Toujours selon les mêmes sources, c’est pour cela que le sénateur a été entendu, vendredi 18 août, par les limiers de la police chargée de la répression des crimes financiers et économiques. Il a été entendu sur des transactions financières avec des personnes à l’étranger, précise une source.

Du coup, la situation se complique de jour en jour et que le dossier s’amplifie davantage. A cet effet, il est prévu que les autorités judiciaires du pays lancent des mandats d’arrêt internationaux contre plusieurs personnalités de l’opposition dont un homme d’affaires installé au Maroc, le président du patronat mauritanien, Ahmed Baba Ould Ezizi Ould Mamy et le président exécutif d’un groupe financier, qui se trouve hors du pays depuis avril dernier.

Des sénateurs, un député à l’assemblée nationale, des présidents de partis et des personnalités soupçonnés d’appartenir à la même “organisation” que le sénateur Ould Ghadda, seront entendus par la police judiciaire, rapportent les mêmes sources.

 

Source : Tawary

Actualités connexes