Mauritanie : « les anciens esclaves » réclament une meilleure représentativité au niveau du parlement

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

Les descendants d’esclaves de Mauritanie, plus connu sous le nom de harratine où Maures noirs, ont exigé à ce que leur communauté soit beaucoup plus représentée au niveau de l’Assemblée nationale. Celle-ci doit élire ses représentants le 1er septembre prochain (élection législative). 

Dans un point de presse, tenu, la semaine dernière, les leaders du Manifeste des Harratines (Anciens / descendants d’esclaves de Mauritanie) ont déploré leur quasi-absence à la chambre basse, chiffré à seulement 11 députés sur 147, soit un pourcentage de 0,074.

Ainsi, pour le président du Manifeste, Mohameden M’Bareck, il ne s’agit pas de réclamer une part du gâteau mais plutôt de mettre les citoyens mauritaniens (harratine, négro-africain et beïdanes) sur un même pied d’égalité.

Rappelons que les harratines, qui représentent environ 50% de la population mauritanienne dénoncent souvent leur exclusion dans les sphères de décisions (institutions du pays).

La communauté harratine dont 20% subit actuellement l’esclavage, selon les statistiques de l’Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA) est depuis quelque temps, lancé dans un vaste mouvement de revendication identitaire.

Actualités connexes