Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on print
Share on skype
Share on telegram
Share on email
Share on linkedin

Mauritanie ;le président de la CENI insulté et menacé de mort chez lui par des gens du parti Ribat

0

ceni_logo_123La maison de président de la Ceni a toujours été ouverte à tout le monde. Pas de gardes, rien même en cette époque troublée. Depuis sa nomination à ce jour, tous ceux qui se sont présentés ont été reçus. Aujourd’hui 18H30, 3 véhicules se présentent avec un certain nombre d’hommes, des maures noirs et blancs venus rencontrer le président même si le domicile de celui-ci n’est peut-être pas le lieu indiqué pour se plaindre.

Voilà comment cela s’est passé. A cette heure (Mardi, 12 Novembre 2013 21:57), un membre de la Ceni arrive pour apporter au président des documents. Le président de la CENI prévient le gardien de son arrivée. Quand le gardien ouvre la porte, le membre de la CENI se trouve avec une quinzaine de gaillards tranquilles. Le gardien laisse entrer tout le monde croyant qu’il s’agit du même monde car juste avant un autre groupe venait d’entrer tranquille puis repartir après un entretien avec le président de la Ceni.

 

Ensuite le gardien voyant la mine des autres et leurs façons de parler se dit que cela ne correspond pas aux habitudes des membres de la CENI. Il demande alors au monsieur si ces gens sont avec lui. Ce dernier répond que non. Le gardien dit aux gens que s’ils n’ont rien à voir avec ce monsieur qui a rendez-vous, ils n’ont qu’à sortir le temps qu’il sache s’il est autorisé à les faire entrer.

 

En arrivant sur les lieux, j’entends du bruit, des cris et des insultes : apparemment quelques hommes de la compagnie commencent à élever le ton et être prêts d’en arriver aux mains. J’éloigne le gardien et demande aux gens en les accompagnant dehors de m’expliquer ce qui s’est passé. Impossible de leur faire articuler le moindre mot : ils accusent le président de les avoir chassés comme des moins que rien en assurant que même les juifs ne font pas ça. L’un dit que le gardien l’a chassé alors qu’il priait. Un monsieur surexcité dit que le président va savoir de quel bois ils se chauffent et s’il faut prendre les armes, ils prendront les armes  et viendront tabasser le gardien et le président.

 

Je leur ai dit que si le gardien a été indélicat c’est impossible qu’on me fasse croire que le président les ait mal reçus, ce qui est parfaitement impossible. Finalement ils sont partis en promettant de revenir et d’aller tout raconter à la presse. Impossible qu’ils m’expliquent ce qu’ils sont venus faire. Ils scandaient « Abdallahi le sait ! Abdallahi le sait !  C’est lui qui a donné l’ordre qu’on nous chasse ».

 

J’ai demandé au président s’il a rencontré les gens et à mes frères présents, ce ne fut pas le cas car le président est sorti quand il a entendu du bruit des insultes et des cris et on lui a demandé de s’éloigner de ce monde surexcité. C’est alors que je suis arrivé.

 

J’ai demandé au gardien sa version, la voici : il dit que ces gens sont entrés au bénéfice du doute suivant le membre de la CENI qui avait rendez-vous, puis quand il a appris qu’ils n’ont rien à voir avec la CENI, il leur a demandé de sortir le temps qu’il sache s’il est autorisé à les faire entrer car ils avaient l’air bien nerveux. Là, ils lui auraient dit qu’ils ne sortiront pas. Le gardien leur a dit que s’ils sont arrivés avec de bonne intention qu’ils le disent sinon aussi il devrait agir en conséquence. C’est là que l’altercation a commencé sans  que les coups pleuvent mais ce n’était pas loin car je suis bien arrivé à temps éloignant le gardien et essayant de parlementer avec les gens.

 

Le président fidèle à son habitude n’a pas voulu me dire ni qui sont ces gens qu’ils n’a pas vus ni ce qu’ils pouvaient faire là quand je lui ai dit que tout ce que j’ai vu c’est l’autocollant «  Ribat »  sur l’une des voitures.

 

Tous n’étaient pas fous furieux,  trois ou quatre notamment celui qui a dit être prêt à prendre les armes et revenir pour châtier le gardien et le président. Il s’agit d’un jeune maure noir surexcité qui n’a rien voulu entendre.

 

A cette heure, on ne sait toujours pas ce qui les a menés ici. Ce qui est sûr c’est que les autorités doivent sécuriser les personnes et domiciles des membres de la CENI sans parler des présidents de parti qui doivent tenir leurs gens car il est intolérable de venir dans le domicile d’un respectable fonctionnaire pour le prendre en otage et le menacer physiquement.

Vlane

CHEZVLANE via rapideinfo

 

التعليقات

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on print