Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on print
Share on skype
Share on telegram
Share on email
Share on linkedin

Mauritanie : Le parti au pouvoir en Mauritanie conserve son avance

0

logo_upr 123La Commission électorale nationale indépendante (CENI) mauritanienne a annoncé mardi 3 décembre les résultats du premier tour des élections législatives et locales.

L’Union pour la République (UPR), le parti au pouvoir, et ses alliés ont remporté une large majorité des 147 sièges du parlement, selon les résultats portant sur 121 sièges remportés dès le premier tour, a fait savoir l’AFP. L’UPR a remporté 56 sièges, et 34 autres se sont répartis entre quatorze petits partis alliés du parti au pouvoir.

Le parti islamiste Tawassoul a remporté douze sièges lors de ces élections du 23 novembre. Trois autres partis de l’opposition se sont partagés les sièges restants.

L’information a été communiquée dans un contexte de boycott du scrutin par la Coordination de l’opposition démocratique (COD) et d’allégations de fraude entre les participants. Certaines irrégularités ont également été constatées dans certaines circonscriptions. Cette situation a déclenché le scepticisme des participants politiques quant à l’efficacité de la CENI, certains accusant même cette instance de ne pas avoir joué pleinement son rôle.

La commission a fait état de la participation de 800 000 électeurs sur plus d’un million et demi d’électeurs recensés.

La CENI a fixé au 21 décembre la date du second tour. Mohameden Ould Sidi, directeur des opérations de la commission, a expliqué qu’il fallait laisser suffisamment de temps pour les éventuelles réclamations.

La future carte politique sera différente, du fait de l’absence de la COD, qui a boycotté ces élections au vu du manque de transparence et du refus du gouvernement actuel de répondre à ses demandes, selon Babana Ould Gawad, porte-parole du parti de l’opposition de l’Union des forces de progrès (UFP).

Il a également indiqué que les résultats émergeant du scrutin actuel seront discrédités par les partis de l’opposition.

Comme l’a remarqué le politologue Bashir Ould Mohamed Hafiz, “la qualité de ces élections est la présence remarquable des femmes dans le prochain parlement. Trente-et-une ont à ce jour remporté un siège, et une autre devrait les rejoindre en cas de victoire au second tour. Cela signifie que la présence des femmes au sein du prochain parlement représentera 21 pour cent du total des députés.”

De l’avis du journaliste Mohamed Naji, les préoccupations du parti au pouvoir se sont plus attachées au parti islamiste Tawassoul.

Il a indiqué que les motifs de cette préoccupation étaient la théorisation idéologique du mouvement islamiste ces deux dernières années en faveur d’un soulèvement populaire contre le régime en place, ou, comme l’ont indiqué les observateurs pro-gouvernementaux, une tentative de reproduire le Printemps arabe et de placer les islamistes au pouvoir.

Du côté des citoyens, les avis sont partagés quant à l’efficacité de ce scrutin.

Les élections en Mauritanie ne sont que pour les opportunistes“, a estimé Salek Ould Ibrahim, un commerçant. “Lorsqu’ils obtiennent un siège au parlement, ils ne remplissent pas leurs obligations vis-à-vis des électeurs. Je ne vois donc pas la nécessité d’aller voter pour quiconque.”

Illin Ould Islamou, électricien, explique : “Je ne peux imaginer une élection transparente sans la participation des partis de l’opposition. Quel que soit le résultat, cela ne fera qu’exacerber le problème actuel, parce que comment imaginer un parlement sans opposition ?

 

Maghrebia

التعليقات

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on print