Mauritanie : ENER s’écroule sous le poids de la dette

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

L’établissement national de l’entretien routier (ENER) est confronté à une situation financière plus que jamais délicate. En effet, l’entreprise repose sur une dette colossale chiffrée à plus de 26 milliards d’ouguiyas.

Si l’on se fie aux sources proches du dossier, la structure doit s’acquitter d’un montant de 15 milliards d’ouguiyas auprès de la société nationale industrielle et minière (SNIM) pour l’achat d’équipements lors de sa restructuration.

La société doit aussi payer 3, 5 milliards auprès de la banque Iskan, une dette consentie sous forme de prise en charge des salaires. Elle doit également 2 milliards de dette aux fournisseurs et prés de 6 milliards dans le cadre d’un contrat de programme avec l’Etat.

Par ailleurs, ENER réclame à l’Etat un du estimé à plus de 18 milliards d’ouguiyas.

Face à cet imbroglio financier, les autorités publiques et les différents acteurs concernés se sont réunis récemment pour trouver les voies et moyens à sortir la société de ce gouffre, apprend-on jeudi 16 mars de sources sûres.

En fin novembre dernier, le gouvernement avait ordonné à la société d’assainissement de travaux, de transport et de maintenance (ATTM) de fusionner avec ANER, pour offrir un meilleur service de qualité aux travaux routiers.

Pour l’instant des tractations figent de partout pour donner une solution définitive à cette question.

Rappelons que la société ENER a été créée en 1994. Elle a débuté ses activités d’entretien en 1996.

Les Mauritanies

Actualités connexes