Mauritanie : Election du 23 novembre 2013 : Un scrutin transparent

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

ELECTIONSLa Commission nationale des droits de l’Homme (CNDH) attache une grande importance à l’observation électorale, instrument indispensable de promotion des droits de l’homme et de soutien à la démocratie.

L’observation des élections manifeste l’intérêt et l’attachement de la CNDH au développement d’élections démocratiques dans le cadre plus général de son soutien à la démocratie, à l’État de droit et aux droits de l’homme.

La CNDH a dépêché des missions d’observateurs dans les 12 wilayas du pays et à Nouakchott qui ont assuré le rôle d’observateurs du scrutin du 23 novembre 2013 relatif aux élections municipales et législatives.

Au- delà des remarques ponctuelles sur le scrutin, ces missions sont chargées de mener une analyse exhaustive du processus électoral basée sur une observation qui inclut le cadre juridique, le suivi de l’administration électorale, l’action des autorités, les activités de campagne, l’attitude des médias, et le rôle de la société civile.

Les observateurs de la CNDH analysent les différentes phases du processus électoral: établissement des listes électorales, validation des candidatures, campagne électorale, jour du scrutin, dépouillement, compilation et publication des résultats, contentieux électoral.

L’observation du processus électoral conduite par la CNDH vise à réaliser une évaluation précise, détaillée et impartiale de l’élection conformément au cadre juridique national et régional ainsi qu’aux obligations internationales découlant des conventions des droits de l’homme ratifiées par la Mauritanie.

Les Missions d’Observation électorale de la CNDH agissent conformément à la Déclaration de principes pour l’observation internationale d’élections adoptée en 2005 par l’Organisation des Nations Unies par des organisations internationales impliquées dans l’observation électorale. Les observateurs de la CNDH adhèrent au Code de conduite à l’usage des observateurs électoraux internationaux qui stipule le respect d’une impartialité et d’une neutralité strictes et agissent conformément à la loi.

A quelques heures de la clôture du scrutin, les informations recueillis auprès des missionnaires de la CNDH font remarquer que de façon générale, le scrutin se déroule normalement. Ils ont constaté que les centres de vote et les bureaux sont accessibles et conformes à la loi électorale et que leurs membres sont tous présents.

Les matériels et documents électoraux sont complets et conformes aux prescriptions de la CENI. Ils n’ont pas remarqué la présence de matériel ou signe de propagande politique à proximité ou à l’intérieur des Bureaux de Vote. Les procédures de vote sont respectées. Les agents électoraux semblent neutres et impartiaux. Les électeurs inscrits qui se sont présentés ont pu voter effectivement.

Aucune perturbation dans les Bureaux de Vote ou aux alentours n’a été observée. La sécurité dans les centres de vote et dans les Bureaux de Vote est assurée pour tous et les représentants des partis politiques n’ont pas formulé des plaintes ou des observations pour les observateurs de la CNDH. Ce qui permet de tirer les premières conclusions allant dans le sens de la transparence du scrutin et du souci des acteurs de le mener à bon port.

La deuxième partie de la mission d’observation du scrutin par la CNDH a trait au dépouillement. Pour ce faire ses observateurs ont élaboré un questionnaire qui leur permettra de s’assurer de la transparence et de cette étape.et à travers les huit questions suivantes :

1-Y a-t-il des personnes non autorisées qui assistent au dépouillement ?

2- Les matériels et documents de dépouillement sont ils complets et conformes aux prescriptions de la CENI ?

3-Les procédures de dépouillement émises par le CENI ont-elles été respectées ?

4-Les agents électoraux sont ils transparents ?

5- Le décompte des voix a-t-il posé des problèmes ?

6- Le remplissage des procès verbaux ont-ils été conformes aux faits observés ?

7- Les représentants des partis politique sont-ils formulé des plaintes ou des observations ?

8-Les opérations de dépouillement ont-elles été perturbées ?

A l’issue de l’administration de ce questionnaire qui commencera avec le début effectif des opérations de dépouillement des votes par les présidents bureaux de vote et leurs assesseurs en présence des représentants des candidats, la CNDH se fera une idée précise sur le caractère du dépouillement.

Celui-ci devra être transparent loyal et fidèle à l’expression de la volonté des électeurs. Le déroulement des opérations de vote, les mesures prises par la CENI, la coopération des candidats et leurs représentants sont déjà des gages de la transparence exigée du dépouillement qui aura lieu en présence d’observateurs y compris ceux de la CNDH.

 

 Abdallahi Salem

Actualités connexes