Mauritanie : début des mesures pour la création d’une banque de la famille

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

Sahara Médias – La Mauritanie a entamé des concertations avec l’organisation de la coopération islamique dans le cadre des mesures tendant à créer « une banque de la famille » en Mauritanie suivant des préceptes islamiques afin de faciliter les opérations financières aux couches les plus vulnérables.

La ministre des affaires sociales, de l’enfance et de la famille, Naha Mint Haroun O. Cheikh Sidiya a entamé des discussions par vidéoconférence ce mardi avec le secrétaire général de la chambre islamique pour le commerce, l’industrie et l’agriculture relevant de l’OCI, Youssef Khelawi se trouvant au Pakistan.

La ministre a révélé que son département a financé des microprojets pour une enveloppe d’un milliard deux cent quatre-vingt-dix millions ouguiya au profit de 21.900 personnes parmi les différentes couches cibles dont les femmes actives dans les coopératives féminines, les personnes handicapées et les jeunes filles sortant des centres professionnels.

La ministre a ajouté que cette orientation gouvernementale exige davantage de mesures dont notamment l’existence d’une institution financière capable d’assurer toutes les opérations financières adaptées à ces catégories de personnes conformément aux préceptes islamiques en plus de l’amélioration du niveau de formation dans le domaine des microcrédits.

Les discussions d’aujourd’hui ont été consacrées au capital de la banque, ses actionnaires, les pourcentages l’envoi d’experts de la chambre islamique pour le commerce et la sensibilisation autour de la création d’une banque de la famille auprès des acteurs nationaux et l’envoi d’une délégation pour s’informer de l’expérience soudanaise dans ce domaine.

Le projet de création d’une banque de la famille en Mauritanie aurait franchi quelques étapes dont la création d’une commission technique nationale composée des différents départements gouvernementaux concernés en plus de concertations avec des acteurs privés et la société civile féminine afin de suivre le processus de création de cette banque en Mauritanie.

Les mesures relatives au recrutement d’un consultant chargé de préparer le dossier d’agrément et superviser l’étude technique se sont achevées de même que la fixation du quota du ministère des affaires sociales où seront regroupés tous les programmes et les projets exécutés par le ministère dans le domaine des microcrédits.

Actualités connexes