Mauritanie : Ça chauffe partout

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

Makhou Poiints ChaudsA gauche comme à droite, du haut au bas, l’heure a sonné et les canons ont tonné, quand le fourre-tout est plein à craquer, le choix s’impose, même si l’on ne voulait en arriver là. Le jeu de la politique surtout celle relative au qualificatif « politicienne » fait appelle à beaucoup de professionnalisme, de subtilité et de dextérité que des profanes comme moi en la matière serait tenté d’expliquer par une certaine ingratitude ou un manque d’éthique, de conviction, du sens de l’intérêt général, détrompez-vous , c’est la règle du jeu et mieux les règles de l’art.        

L’inconvénient d’un compte à rebours de l’évolution d’une formation politique, c’est comme dans une voie aller sans retour de décision sans regret ni remord. Il y’a un moment crucial qu’un ami de longue date et voire un simple prétendu ami  vous regarde droit aux yeux pour jauger  si votre prétendue amitié en vaut la chandelle , en d’autres termes , si la reconnaissance est bel et bien ou non au rendez-vous , si l’effort fourni durant toutes ces années faites de haut et de bas contre vents marées dans le sens de la consolidation des liens afin de mieux réaliser le projet commun  en vue , sera enfin récompensé .

Malheureusement dans le champ politique, il arrive un moment où tous les coups sont permis allant des plus justifiables  au plus rocambolesques  que l’on soit en position force ou de faiblesse.

Ce moment, est un moment crucial car il va devoir porter un choix et cela ne sera pas facile car ce choix sera sanctionné dans un sens ou dans un autre. Chaque acte posé pendant cette période, a un prix qu’il faudra payer cash, arrache.

Pour d’autre, c’est tout simplement  le moment de régler les comptes des vielles histoires où ils sont sortis toujours vaincus. Comme beaucoup d’entre nous ne s’attardent pas sur nos limites, ne diagnostiquent pas nos failles,  nous allons chercher la cause de notre échec  toujours ailleurs. Et c’est le bon moment pour faire payer  ses prétendus ennemis.

Il y’a encore certains  pauvres militants ou sympathisants dont leur formation politique chère a décidé de ne pas participer aux échéances en vue, il n’est pas question de garder la carte au fond de la valise, diront certains d’entre eux. Alors là s’offre le spectacle d’un grand duel  du siècle  barbus contre non barbus auquel il faudra choisir se rendre chez le barbier ou non avec la carte sésame ouvre-toi.

Ce foisonnement politico-électoral pourrait servir certes de laboratoire fiable, diront ceux qui abordent le sujet avec un aspect plus scientifique,  pour les futures élections présidentielles en vue.

 

     Makhou

© Points Chauds

        

 

Actualités connexes