Mauritanie : Aziz lâche du lest

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

aziz__123Elle parait bien lointaine l’image de Ould Abdel Aziz couché sur un lit d’hôpital cherchant à rassurer le peuple avant son évacuation pour Paris à bord d’un avion médicalisé.

Grièvement atteint au niveau de l’abdomen, le Président mauritanien en quittant le pays n’était pas sûr d’y revenir encore moins de trouver son pouvoir intact. Mais après de pas moins de 4 opérations et après avoir frôlé le pire, le Chef de l’Etat rentrait au pays et retrouvait son pouvoir grâce à la diligence d’une poignée d’hommes qui lui ont été fidèles.

Depuis, Aziz semble avoir changé et se montre plus flexible voir même indulgent avec certains.

Bien plus lointaine parait la lutte contre les « moufcidines » et les descentes inopinées de l’IGE qui semble avoir réduit sa vitesse à l’exception de Ould Hamza et la CUN. Mis à part les règlements de compte par le truchement de l’IGE ou la cour des comptes ou d’autres institutions de l’Etat, cette lutte semble avoir perdu de sa verve.

De nombreux analystes estiment que du fond de son lit d’hôpital et à plus de 6000 km de Nouakchott, le Président a beaucoup réfléchi et s’est surtout rendu compte de la fidélité de membres de son entourage et d’autres moins bien proches.

Il fut un temps ou le pouvoir avait vacillé et l’on se rappelle même qu’une frange de l’opposition dite radicale demandait même à certains hauts gradés de prendre leur destin en main et d’intervenir puisque selon eux le Président était incapable physiquement d’assurer ses charges.

Il aurait fallu la hardiesse d’un haut gradé alors pour mettre le pays dans la tourmente ou un chaos qui aurait inéluctablement conduit à un changement en force ou en douceur. Heureusement rien n’a été de tout cela et ce scénario cauchemardesque n’a pas vu le jour. Il faut dire que hommes sont parvenus à garder intact le pays et ont réussi à le gérer avant le retour du boss.

Les généraux dont Ghazouani à leur tête ont assuré le coté sécuritaire et parfaitement maitrisé la situation et le Premier Ministre assurait le volait politique et la bonne marche gouvernementale. Normal alors que ces hommes sortent renforcés après cet épisode qui aurait pu être dramatique voire même tragique pour le pays.

C’est alors que le Président serait revenu à de meilleurs sentiments sachant la relativité de la puissance fut-celle du chef et le nécessaire compromis.

Certains expliquent que c’est cela qui aurait conduit le Président à chercher à faire de larges concessions à la COD pour l’amener à participer aux élections ; la pierre d’achoppement ayant été la constitution d’un gouvernement d’union nationale. C’est ce qui expliquerait également que quelques hauts gradés aient placé des hommes à eux lors des élections, le Président ayant consenti à lâcher du lest.

Ces mêmes analystes estiment que c’est également eu égard à la à sa proximité avec le Premier Ministre que le Dr Horma n’a pas connu de représailles après ses sorties incendiaires contre le pouvoir. Ould Mohamed Ladhdaf est aujourd’hui un des hommes clés du pouvoir et Aziz ne tiendrait pas à l’offenser.

Quoi qu’il en soit Mohamed Ould Abdel Aziz est au firmament de son pouvoir mais il sait aussi qu’il le doit à certains qui lui ont été fidèles durant les moments les plus difficiles de sa vie.

Mauritanoix N° 62

Actualités connexes