Mali:Un gouvernement d’union d’octobre prochain : Les partants et les entrants

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

mali2Prévu pour octobre prochain, ce gouvernement d’union nationale se fera sans le Premier ministre actuel. Et sans l’opposition politique. En revanche, il intègrera dans ses rangs certains leaders des groupes armés. Ce sera à l’issue de la signature d’un accord de paix à Bamako.

« je ne démissionnerai pas ! Né te gata yoro si ! », martelait Moussa Mara, c’était lors des débats sur la motion de censure, déposée contre son gouvernement, pas l’opposition Il ne croyait pas si bien dire. Non seulement, il partira en octobre prochain ; mais aussi avec une côte de popularité en dégringolade au sein de l’opinion nationale, voire internationale.

Après avoir usé deux premier ministre en moins d’un an, semé le doute sur sa capacité à redonner espoir aux Maliens, IBK entend prendre un autre rendez –vous avec ses concitoyens.

Selon nos informations, confirmées par une source gouvernementale, le ‘ ‘Kankélintigui’’ s’apprêterait à faire le toiletage du gouvernement actuel.

Les partants et les entrants

Plusieurs ministres seraient sur le pied de départ. Il s’agit, notamment du Premier ministre, Moussa Mara ; de Zahabi Ould Sidi Mohamed, ministre de la Réconciliation nationale, appelé à réjoindre son poste au PNUD ; de Moustapha Ben Barka, ministre des Investissements ; de Mohamadou Camara, ministre de la Communication et de l’Economie Numérique ; de Mr Oumar Moussa Diarra, ministre de la Fonction Publique et des Relations avec les Institutions ; de Housséïni Amion Guindo, ministre de la jeunesse et de la citoyenneté ; de Mme Bouaré Fily Sissoko, ministre de l’Economie et des Finances…

Au rang des futurs ‘ ‘ministrables’’, on peut citer : Mr Mohamed Alhousséini Touré, soit au poste de Premier ministre ou de ministre de l’Economie et des Finances. S’y ajoutent les leaders des groupes armés. Ce sera, nous dit –on, à l’issue de la signature d’un accord de paix, prévu à Bamako.

L’opposition décline l’offre

A en croire nos sources, l’idée de ce gouvernement d’union nationale aurait été acceptée par IBK.

Proposée par la France, elle lui aurait été rapportée par Blaise Compaoré, président du Faso. C’était à l’issue de la visite de 48 heures qu’il a effectuée dans notre pays. C’était du 30 juin au 02 juillet derniers.

Cependant, le rfus de l’opposition d’entrer dans ce gouvernement d’union aurait été prise par elle –même. Selon nos sources, généralement bien informées, Soumaïla Cissé et ses camarades ont décliné l’offre d’IBK. Car, selon eux, il ne peut y avoir de démocratie sans une opposition digne de ce nom. Autrement dit, ce gouvernement d’union nationale sera Constitué des partis de la majorité présidentielle, des leaders des groupes armés et de quelques technocrates triés sur le volet.

Contrairement à ce que nous avions écrit dans notre précédente édition septembre prochain, sa mise en place est prévue pour octobre prochain.

Oumar Babi

Source: Canard Déchainé

Actualités connexes