Main tendue du Président à l’opposition : Politiquement stressée, la COD s’est-elle rétractée ?

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

aziz_daddah_boulkheir_po 123La scène politique risque d’aller avec ses meurtrissures actuelles profondes aux prochaines élections du 23 novembre prochain, compromettant plus ou moins la crédibilité de cette échéance électorale.

Une consultation, sur laquelle d’énormes espoirs étaient fondés pour redonner un nouvel souffle assaini au climat politique caractérisé par une impasse de longue durée.

Même avec une participation de certains partis de la COD à ces élections, la Mauritanie gardera incontestablement un pied dans la crise. Raison pour laquelle, le leader de l’APP revient à l’assaut pour obtenir du Président de la République de lâcher davantage de lest.

Autrement dit renforcer la garantie de conditions électorales permettant d’assurer le maximum de participation des acteurs politiques particulièrement de l’opposition radicale.

C’est dans cette perspective que certaines sources évoquent une rencontre imminente entre le président de l’Assemblée Nationale, également leader de l’APP, Messoud Ould Boulkheir avec le président de la République Mohamed Ould Abdel Aziz.

Objectif : desserrer de nouveau l’étau électoral dans le sens de dissiper les dernières réticences de certains partis de la COD, prêts à participer mais pas à l’état actuel des conditions électorales.

Ceci est d’autant plus vrai que d’autres sources indiquent également que la COD est prête pour une rencontre entre Ould Abdel Aziz et son président en exercice Ahmed Ould Daddah pour trouver un consensus autour des prochaines législatives et municipales.

On se souvient bien que ce dernier avait récemment décliné une invitation faite par l’homme fort de Nouakchott par le biais du Premier ministre Dr Moulaye Ould Mohamed Laghdaf,- actuellement en repos loin des incertitudes politiques-, jugeant un tel tête-à-tête peu utile à l’heure actuelle pour décrisper la scène politique.

Sous les énormes pressions des partis de la COD et probablement de Ould Boulkheir, Ould Daddah s’est t-il finalement rétracter ? On peut bien le croire, parce que le RFD tient fortement au boycott si certains points fondamentaux n’ont pas satisfaits.

Il n’en demeure pas moins que pour des raisons politiques, il ne peut rester insensible à l’appel des amis et au risque énorme de se séparer de ses frères de la COD, si ces derniers sont, à son opposé favorable à la participation. Il reste toutefois à savoir si Ould Abdel Aziz, sans doute consterné pour le désintérêt politique manifesté par la COD à sa sincère et bienveillante main tendue à ses opposants, acceptera d’oublier l’incident politique et s’il exprimera en conséquence sa disposition à se concerter avec tous les pôles politiques du pays sur une sortie de crise qui satisfasse tout le monde.

Rappelons que le président de l’Assemblée nationale mauritanienne, avait toujours appelé “au consensus national“, estimant que Mohamed Ould Abdel Aziz, qui a admis avoir risqué sa vie à plusieurs reprises pour sauver le pouvoir par les armes des mauvaises mains , ne doit pas refuser un gouvernement d’union qui sortira la Mauritanie de la crise.

Messaoud Ould Boulkheir avait invité par ailleurs la COD qui exige le départ du président mauritanien comme condition à l’organisation d’élections “ouvertes, transparentes, libres et crédibles“”à modérer son discours pour rendre possible un rapprochement“.

 

Le rénovateur

Actualités connexes