Macabre découverte

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

fffAprès les dernières pluies du mois d’Août, les populations de la Socogim PS ont découvert dans une maison abandonnée, des restes de corps en état de dégradation très avancé. Pour nombre de personnes, présentes sur les lieux, il s’agirait d’un corps d’humain, un nouveau né qui serait balancé dans la maison cible envahie des eaux de pluies et abandonnée par ses propriétaires depuis l’an dernier.

Le squelette présente bel et bien des allures de squelette humain : des os de bras, d’avant bras, des orteils étaient nombreux sur les lieux. Toutefois, pas de trace de crane ! Les gens pensent que le corps a été abandonné sur les lieux il y a plusieurs mois.

Ils pensent que les chiens errants qui se comptent par centaines dans les parages, en auraient fait leur repas.

Il faut dire que le contexte le permet bien : dans cette partie de la ville, il s’agit d’un ilot fantôme : un carré d’une trentaine de maisons envahies des eaux de pluies depuis trois ans et abandonnées depuis lors par leurs propriétaires. Ici, tout peut se passer, parce que personne ne s’y rend de jour comme de nuit, les chemins étant obstrués par des cadavres d’animaux, des détritus de toutes sortes et par des eaux stagnantes.

Persuadés qu’il s’agissait bel et bien de restes humains, les jeunes qui ont découvert les ossements, on décidé de les assembler avant de les placer dans un sac. Ils les transporteront ensuite vers les cimetières d’enfants de la Socogim PS –eux aussi abandonnés- qui se trouvent immédiatement derrière la nouvelle Agence Islamique de la BCI de Nouakchott.

Cette découverte macabre doit titiller les Autorités à propos de la Socogim PS. Dans le carré cible situé au bout du prolongement de la route qui va du carrefour de la Mosquée marocaine, il y a urgence dans une action de salubrité publique!

Abandonnées par leurs propriétaires du fait de la remontée des eaux souterraines, les maisons cibles constituent désormais un véritable sanctuaire de bandits, de clochards. Elles constituent aussi un lieu adéquat où l’on peut se séparer de colis gênants, loin des regards indiscrets. Si des mesures de préservation des lieux ne sont pas trouvées à terme, le site risque de se transformer en cimetières.

 

 

 

L’Authentique

Actualités connexes