M.P.R : Déclaration

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

kane_hamidou_baba_mpr_mauritanieLe M.P.R fustige l’attitude provocatrice des autorités…face à la marche pacifique des réfugiés.

Le Mouvement Pour la Refondation (MPR) a suivi avec la plus grande consternation les échauffourées ayant émaillé la marche des refugies qui s’ébranlaient vers la capitale ce dimanche 4 mai 2014.

Depuis une dizaine de jours, nos compatriotes refugiés revenus au bercail et n’ayant pu trouver la moindre attention des autorités étatiques, depuis leur retour au pays, avaient décidé de marcher sur Nouakchott pour faire prévaloir leurs droits en remettant leurs doléances au président de la République.

Ces paisibles citoyens avaient quitté Boghé, arpentant le chemin à pieds sur 400 km et n’ont jamais eu la moindre assistance des autorités et de surcroit se sont vus barrer la route à 17 km de la capitale par un cordon de sécurité dressé par la gendarmerie.

C’est tard dans l’après midi que la marche a pu se poursuivre en enregistrant un accueil populaire.

A hauteur du carrefour Madrid, la gendarmerie n’a rien pu trouver d’autre que de disperser la marche à coup de grenades lacrymogènes et de matraques faisant ainsi des blessés graves dans le rang des manifestants et des arrestations tous azimuts s’en sont suivis.

Une jeune fille du nom de Mariem Ba s’est évanouie sous l’effet des grenades et a été vite transportée par certains cadres du MPR sur place à l’hôpital Sebkha pour y recevoir des soins intensifs.

Devant cette situation inacceptable et pour le moins méprisable, le MPR :

1. Souhaite un prompt rétablissement aux blessés ;

2. condamne avec la dernière énergie ce comportement irresponsable et lâche des autorités ;

3. Exige une enquête sans délai pour situer les responsabilités ;

4. Engage l’Etat à trouver des solutions justes et définitives aux problèmes auxquels sont confrontés les refugiés ;

5. Réaffirme sa solidarité aux réfugiés dans leur lutte inlassable pour le recouvrement de tous leurs droits.

Nouakchott, le 04/05/2014
Cellule de communication du MPR

Actualités connexes