Libye: une trentaine de membres des forces du gouvernement de Tripoli tués

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

libyeCapture d’écran montrant les forces de sécurité du gouvernement d’union nationale libyen à Abou Grein, après l’annonce de la reprise de la ville.

Trente-deux membres des forces du gouvernement d’union nationale libyen ont été tués mercredi 18 mai dans un attentat à la voiture piégée et des combats avec le groupe Etat islamique à une soixantaine de kilomètres à l’ouest de Syrte, le bastion des jihadistes dans le pays.

Les combats ont eu lieu non loin d’Abou Grein, une ville située à 130 km à l’ouest de Syrte et reprise mardi par les forces loyales au gouvernement de Tripoli au groupe Etat islamique.

L’explosion de la voiture piégée a eu lieu dans le village de Bouairat El-Hassoun, à environ 60 km à l’ouest de Syrte, le bastion du groupe Etat islamique en Libye. Mais les forces du gouvernement d’union nationale affirment avoir réussi à prendre le contrôle de ce village.

Au total ce sont trente-deux membres des forces du gouvernement libyen d’union nationale qui ont été tués mercredi, selon un dernier bilan du centre des opérations militaires.

Combats pour reprendre du terrain sur le groupe EI

Les forces du gouvernement d’union et celles du gouvernement rival basé dans l’est du pays sont engagées dans une course de vitesse pour être les premières à lancer l’offensive visant à chasser les jihadistes du groupe EI de leur fief de Syrte, à 400 km à l’est de Tripoli. Cette concurrence est mal vue par la communauté internationale qui estime qu’elle risque de mettre en péril les efforts antijihadistes en Libye. Mercredi, l’ONG Human Rights Watch a accusé le groupe jihadiste d’avoir mené au moins 49 exécutions extrajudiciaires à Syrte et de soumettre la population de cette ville côtière à « rude épreuve », détournant nourriture, médicaments, carburant et argent. Selon un rapport de l’ONG, plus des deux tiers des 80 000 habitants de la ville ont fui après l’arrivée du groupe EI à la fin de 2014.

Libye: cinq ans après, de la révolution au groupe EI

Mardi à Vienne, la communauté internationale a apporté son soutien à l’idée d’un assouplissement de l’embargo sur les ventes d’armes à la Libye afin d’aider le gouvernement d’union à mieux lutter contre les jihadistes.

Avec agences,

Actualités connexes