La commission d’enquête interroge l’ex Chef d’agence de la Sonimex de Rosso

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

CREATOR: gd-jpeg v1.0 (using IJG JPEG v62), quality = 75

La commission d’enquête composée des enquêteurs de l’IGE, de policiers, de gendarmes et de douaniers interroge depuis plus de 2 heures d’horloge ce vendredi 5 Août, l’ex-patron de la société nationale d’importation et d’exportation (Sonimex) à Rosso, suite à la disparition de quelques 7 tonnes d’engrais et une importante somme d’argent.

Selon des sources particulières de l’Agence Tawary d’Information, M. Ely Salem Ould Abdallahi qui s’est volontairement rendu, aujourd’hui à 7 heures, à la police après avoir passé 4 semaines dans la nature, a fournit d’importantes informations à ses enquêteurs.

Il a fait part à la commission de l’implication dans le dossier de la SONIMEX de plusieurs hauts responsables et chefs services qui se trouvent à Nouakchott.

Au moment, où, nous mettons en ligne cette dépêche, plusieurs personnes à majorité des femmes proches à Ould Abdallahi en sit-in devant les locaux du commissariat central de Rosso demandent sa libération. Selon les échos qui viennent de nous parvenir (13h GMT) de la capitale du Trarza, certaines d’entre elles ont déclaré qu’elles sont prêtes à vendre leurs maisons pour verser le montant qu’Ely Salem Ould Abdallahi doit rembourser.

Selon le correspondant de Sahara Medias à Rosso, l’intéressé avait appelé son épouse pour lui dire qu’il se rendait à la police, avant d’entrer quelques minutes après au commissariat de police de la ville. O. Abdalla avait disparu au lendemain de la découverte de la disparition d’importantes quantités d’engrais des magasins de la SONIMEX à Rosso pour une valeur estimée à un milliard deux cent millions d’ouguiya.

Les autorités mauritaniennes entreprennent depuis près de deux semaines une enquête qui a déjà incriminée des hommes d’affaires, des agriculteurs et des propriétaires d’usine de décorticage.

Au même moment des éléments de la gendarmerie et de la police ont entrepris une grande campagne pour la confiscation des engrais dans les commerces de la ville, au moment où une mission de l’inspection générale d’état poursuivait une enquête avec les responsables de la société.

 

Actualités connexes