Les grandes oreilles de la NSA ont largement espionné les Français

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

PORTABLE_123Les Français pensaient y avoir échappé. Alors que l’ex-consultant de la CIA et de la NSA, Edward Snowden, révélait en juin comment les «grandes oreilles» des programmes américains espionnaient les Allemands, les Britanniques ou les Brésiliens, on apprend ce 21 octobre 2013 sur le site du quotidien Le Monde, que l’Agence nationale de sécurité américaine a intercepté tout autant les communications téléphoniques des citoyens français.

Selon les documents de l’Agence nationale de sécurité (NSA) que s’est procurés le quotidien français Le Monde, les Français ont été plus souvent qu’à leur tour espionnés. Ces révélations ont pour origine un ancien consultant de l’agence, Edward Snowden, réfugié depuis fin juillet à Moscou. Cet informaticien américain avait dévoilé en juin et juillet 2013, le vaste système d’écoute mis en place par la NSA.

Les révélations sur l’ampleur des opérations menées par la NSA en France ont provoqué ce lundi de vives réactions à Paris où le ministre des Affaires étrangères a annoncé « avoir convoqué immédiatement » l’ambassadeur des Etats-Unis. « Ce type de pratiques entre partenaires qui portent atteinte à la vie privée est totalement inacceptable. Nous avions déjà été alertés au mois de juin et nous avions réagi fortement mais visiblement il faut aller plus loin. Il faut s’assurer très rapidement qu’en tout cas, elles ne sont plus pratiquées » a déclaré Laurent Fabius.
 
Tout aussi ulcéré, le gouvernement mexicain a demandé hier, le 20 octobre, des explications à Washington après avoir été informé via un journal allemand, des opérations d’espionnage conduites par la NSA à l’encontre de l’ex-président Felipe Calderon. Dans Der Spiegel, grâce aux documents fournis par Edward Snowden, on pouvait lire que l’Agence nationale de sécurité avait surveillé les communications du gouvernement mexicain pendant des années.  
 
Plus de 70 millions d’enregistrements illégaux
 
Parmi les informations du Monde transmises par Edward Snowden, figure un graphique qui donne une idée précise de l’étendue des écoutes téléphoniques menées par la NSA en France. Ainsi, sur une période trente jours, du 10 décembre 2012 au 8 janvier 2013, ce sont 70,3 millions d’enregistrements de données téléphoniques qui ont été captés.
 
De plus, les documents apportés par Snowden montrent que plusieurs types de personnes étaient ciblées : celles suspectées de liens avec des activités terroristes, ou encore celles liées au monde des affaires, de la politique ou à l’administration française. Plusieurs modes de collectes sont utilisés. Par exemple quand certains numéros de téléphone sont activés, ils déclenchent automatiquement l’enregistrement de certaines conversations. Pour les portables, le système cible les SMS en fonction de mots-clés. Et, l’historique des connexions de chaque cible, est archivé systématiquement. 
 
Restent encore des zones d’ombre concernant les appellations attribuées aux divers programmes. Ainsi, le programme mené en France porte le titre de « US-985D » et, remarque Le Monde, ni Snowden, ni d’autres anciens membres de la NSA n’en ont expliqué le sens. L’Allemagne elle, était classée « US-987LA » et « US-987LB », une série de numéros qui correspondrait, croit savoir le quotidien, au cercle qualifié par les Etats-Unis de « troisième partie » auquel appartiennent la France, l’Allemagne mais aussi l’Autriche, la Pologne ou encore la Belgique. « La deuxième partie » concerne les pays anglo-saxons historiquement proches de Washington, le Royaume-Uni, le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, connus sous le nom des « Five Eyes ». « La première partie » est constituée des seize services secrets américains.

 

RFI

Actualités connexes