Les forces armées du Sahel s’entraînent ensemble

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

soldat_malien pcDes membres des forces armées d’Afrique, d’Europe et d’Amérique du Nord se rassembleront le mois prochain au Niger pour participer à des exercices baptisés “Flintlock“. Ces manoeuvres de deux semaines, qui s’attacheront à la lutte africaine contre le terrorisme et les trafics, comporteront des opérations aériennes et terrestres.

Organisés chaque année dans les pays de la région du Sahel, ces exercices sont planifiés par les forces américaines d’opérations spéciales en vue de renforcer les capacités et la collaboration entre les forces africaines de sécurité pour protéger les populations civiles.

Flintlock vise également à réduire les bastions et les soutiens apportés aux organisations extrémistes violentes. Mais cet exercice ne comporte pas qu’un seul volet militaire.

Cette opération internationale vise également à répondre aux besoins humanitaires des communautés locales, sous la forme d’une assistance médicale pour les habitants des régions où elle se déroule.

Il est important d’entretenir “de bonnes relations entre la population locale et l’armée“, explique le colonel mauritanien Mohamed Cheikh Ould Boide.

Cela est particulièrement vrai dans des régions comme le Sahel, “où l’accès aux informations réelles est toujours très difficile et où de nombreuses rumeurs circulent en permanence“, ajoute cet officier, dont le pays avait accueilli l’édition 2013 de Flintlock.

Les pays du Sahel doivent participer à toutes les formations destinées à aider à lutter contre le terrorisme et à réduire le champ d’activité des cellules terroristes“, a expliqué à Magharebia Syed Ahmed Ould Atefal, spécialiste de la sécurité.

Une large participation à ces exercices illustre l’importance des dangers que représentent ces groupes pour la sécurité des pays du Sahel, ainsi que pour les activités économiques dans la région“, a-t-il précisé.

Dans le cadre des préparatifs de cet exercice, les responsables militaires de la région se sont dits extrêmement préoccupés par l’escalade de la violence en Libye, où des groupes extrémistes liés à al-Qaida se sont implantés dans plusieurs villes de l’est.

Les drones sont aujourd’hui une chose habituelle dans le ciel de l’est de la Libye, où ils fournissent des informations sur al-Qaida, Ansar al-Sharia et les autres menaces pesant sur la région.

Chaque nation dispose d’un appareil sécuritaire pour repousser ce mal“, a expliqué le colonel à la retraite George Bristol, commandant du contingent américain lors de l’exercice Flintlock 2013.

J’estime que lorsqu’une vingtaine de pays s’associent pour des exercices destinés à repousser cette menace, cela envoie un signal fort à chacun de ces pays sur les liens qui se tissent pour l’avenir, et à l’ennemi, indiquant que la justice le poursuivra où qu’il se rende“, a-t-il ajouté.

Mohamed Ould Ahmadou, militant touareg dans le nord du Mali, a expliqué à Magharebia que “tous les exercices militaires destinés à renforcer les armées du Sahel dans leur lutte contre le terrorisme sont très importants. Tous les citoyens loyaux doivent les encourager.”

“Il est difficile de répondre individuellement aux risques sécuritaires“, a expliqué le journaliste mauritanien Abu Bakr. “Ce type d’exercice militaire est important parce qu’il renforce les capacités des forces de défense et leur apporte un soutien contre toute menace terroriste potentielle.”

La sécurité des pays du Sahel requiert des forces militaires efficaces, a-t-il ajouté. Et de conclure : “De tels exercices y veillent, dans la mesure où ils sont appuyés par les armées des plus grandes puissances mondiales.”.

Par Jemal Oumar à Nouakchott

 

Magharebia (Etats Unis)

Actualités connexes