Législatives au Hodh El Gharbi : casse tête chinois pour un UPR en perte de vitesse

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

logo_upr 123Après l’élargissement de la majorité présidentielle à des partis sortis on ne sait comment du chapeau du magicien Aziz, la survie de l’UPR pose une problématique d’autant plus difficile à résoudre qu’elle varie d’intensité d’une région à une autre.

Au Hodh El Gharbi, cette problématique prend la forme d’une tempête dévastatrice dont les conséquences constituent un casse tête chinois pour les troupes du parti, puisqu’elle a ouvert la boite de pandore tant redoutée, d’où les forces réfractaires au renouvellement de la classe politique sont parties à la conquête de tous les postes à pourvoir.

Croyant caresser l’opinion dans le sens des poils, l’UPR, qui n’a pas d’expérience dans la manière de gérer les scrutins, a entériné des choix qui, tantôt n’expriment pas l’avis du citoyen, tantôt constituent la volonté de certains notables d’imposer au parti des candidats fantoches comme au temps du sinistre PRDS.

Sur ce registre précis, le département de Kobeni est un cas d’école en ce sens que le soutien inconditionnel dont devait logiquement bénéficier l’UPR dans cette ville symbolique, s’est trouvé compromis par la composition de la liste des députés d’où sont exclus les Oulad Nacer majoritaires et massivement inscrits sur la liste électorale.

Le choix de cette liste non concertée avec la base a poussé ces derniers à présenter une liste sous les couleurs du Sursaut National, tout en restant fidèles au président de la république.

Selon des informations, recueillies sur place, cette liste du Sursaut serait inspirée par Mohamed Lemine Ould Houssein qui y voit une façon de recentrer la participation politique de sa collectivité et une stratégie pour empêcher les islamistes de Tawassoul de se tailler la troisième place sur l’échiquier d’un département frondeur et soumis à la proportionnelle.

On dit, par ailleurs, que Ould Houssein et la tendance qu’il anime, seraient irrités par la volonté d’Ahmedou Ould Cheikh Hamahoullah de maintenir, contre vents et marées, le candidat Babah Ould Ahmed Babou que les populations semblent rejeter pour inféodation à la confrérie au détriment des intérêts du département.

Rappelons que le cheikh a, lui aussi, opposé au choix de l’UPR, une liste qu’il n’a pas hésité à présenter sous les couleurs d’Elwiam, désavouant d’une part le parti Etat et consacrant, d’autre part, ses ambitions de demeurer un acteur incontournable sur l’échiquier politique de Kobeni.

Affaire à suivre…

M.S.Beheite

 

 

Actualités connexes