L’Eau de Roche ! Eau bénite ou eau maudite?

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

o de rochPour défendre un jeune client de 18 ans jeté en prison depuis quelques temps pour consommation d’Eau de Roche, Me Diallo El Hadj, son avocat, s’en prend à l’Etat qui autorise l’importation tout à fait légale de ce produit et sa vente publique.

Selon lui, l’Eau de Roche n’est pas- à ce qu’il sache- classée parmi les produits prohibés. Il sert en effet d’odorant et d’enduit. Il est toutefois vrai que certains l’utilisent pour s’en enivrer. Ainsi, selon lui, son client a été épinglé et jeté en prison sous une simple présomption de consommation.

La simple détention du produit sur lui ayant, d’après lui, titillé l’imagination fructueuse des flics qui ont vite faite de l’accuser. Selon lui, son client sentait certes de l’eau de roche ; il ne l’avait toutefois utilisé que pour se parfumer.

L’occasion pour l’avocat de demander au Parquet plus de vigilance dans les cas de jugement concernant l’eau de Roche. Chaque fois qu’un jeune est arrêté en ville alors qu’il s’est parfumé de l’eau de Roche, la police l’accuse directement de consommation dudit produit. En fait, pour la police, cette eau est couramment utilisée pour les alcooliques en lieu et place de l’alcool ou de la bière, des produits dont la consommation est strictement interdite en Mauritanie.

D’une manière générale, l’avocat dénonce ces nombreuses arrestations et ces lourdes condamnations infligées aux consommateurs d’Eau de Roche, au moment où les importateurs en inondent le marché, après avoir payé taxes, impôts et droits de douane inhérents et au moment où les détaillants l’exposent librement dans leurs échoppes.

Si réellement l’Eau de Roche est considérée comme une substance alcoolisée, donc interdite, l’Etat doit selon Me Diallo El hadj, interdire son importation et sa vente publique comme toutes les autres familles d’alcool.

Tant que ce n’est pas le cas, il considère injuste l’arrestation et la condamnation des citoyens sur une simple présomption de consommation, parce qu’ils détenaient le produit au moment de leur interpellation. Aussi, a-t-il exigé la libération de son client et simultanément, la révision du statut de ce parfum.

 

 

Abou Cissé

L’Authentique

 

Actualités connexes