Le président mauritanien remanie son gouvernement pour préparer les législatives

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

Abdel AzizDeux mois avant les élections fatidiques, le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz remanie son gouvernement. Le parti au pouvoir parle d’un « nouvel élan » alors que, pour l’opposition, ce remaniement est un « non-événement ».

Le bureau du président mauritanien a annoncé dans la nuit de mardi à mercredi le remaniement du gouvernement. Cette opération concerne douze ministres, dont ceux de l’Intérieur, de la Justice et des Affaires étrangères.

La présidence n’a donnée aucune explication pour ce remaniement, le plus important du quinquennat du président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, qui intervient toutefois à deux mois de la date prévue pour les élections législatives et municipales.

Chaises musicales

Ce remaniement est en partie un jeu de chaises musicales. Sur les douze nommés, cinq étaient déjà ministres et deux autres occupaient des postes de conseillers à la présidence et à la primature. C’est ainsi que Hamadi Ould Hamadi passe des Affaires étrangères au ministère des Pêches.

Les principaux changements concernent les ministères régaliens avec deux nouveaux venus. Ahmed Ould Teguedi, ambassadeur à l’ONU, arrive aux Affaires étrangères et Mohamed Ould Mohamed Rara, ex-gouverneur de région, se voit confier l’Intérieur. A la Justice, on retrouve l’ancien conseiller du Premier ministre, Sidi Ould Zein.

« Un non-événement »

« Ce remaniement répond à l’attente des populations », estime Baha Daba Moussa du parti au pouvoir. « C’est un nouvel élan qui permettra d’accélérer les réformes et préparer les élections ». Le ministre de l’Intérieur sortant, Mohamed Ould Boilil, aurait, semble-t-il, l’ambition de représenter la majorité dans son fief du sud du pays.

Plusieurs membres des partis de l’opposition parlent, eux, d’un non-événement destiné à détourner l’attention des difficultés du pays. L’instauration d’un gouvernement d’Union nationale avant les élections est une de nos principales revendications, rappelle l’un d’eux. Ces dernières semaines laissaient entrevoir un espoir de discussions entre la majorité et la Coordination de l’opposition démocratique, la COD, et voilà que le président remanie. « Entre hommes du sérail, il campe sur ses positions et reste seul maître à bord », concluent-ils.

 

 

RFI

Actualités connexes