Le onze de départ, un casse-tête pour Halilhodzic

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

A quelques heures de la très attendue confrontation, qui mettra aux prises, demain soir, au stade Royal Bafokeng Stadium de Rustenburg, la sélection nationale avec son homologue ivoirienne, le technicien bosnien, Vahid Halilhodzic, n’a toujours pas tranché la question du onze de départ, qu’il alignera face aux Eléphants de la Côte d’Ivoire.

Rustenburg (Afrique du Sud).
De notre envoyé spécial

A l’approche de la rencontre Algérie – Côte d’Ivoire, la dernière des Verts dans cette 29e édition de la CAN-2013 en Afrique du Sud, le débat est lancé sur le plan de jeu que compte adopter le coach national et surtout sur la composante du onze rentrant qui sera appelé à affronter les Eléphants ivoiriens, demain soir, au Royal Bafokeng Satdium de Rustenburg. En effet, pour beaucoup, l’Algérie étant éliminée du tournoi africain, Vahid Halilhodzic, qui n’a donc rien à perdre face à cette équipe de la Côte d’Ivoire, déjà qualifiée pour les quarts de finale, devra opérer le turn-over, en donnant la chance aux éléments qui n’ont pas eu le privilège de défendre les couleurs nationales durant cette CAN, à l’image de Boudebouz, Ghoulam, Tedjar et Rial, ainsi que les deux gardiens remplaçants, à savoir Doukha et Si Mohammed, en passant par ceux qui n’ont eu que quelques minutes de temps de jeu, en effectuant leur entrée en fin de match lors des deux dernières confrontations, à savoir Aoudia, Bezzaz et Bouazza. Il faut dire que le coach national aura intérêt à faire évoluer ces remplaçants, dont certains ont montré des signes de contestation en raison de leur statut et ainsi éviter ainsi une cassure au sein du groupe.

Toutefois, Halilhodzic a aussi d’autres plans et surtout d’autres ambitions, qui risquent de déplaire à tous ces remplaçants qui veulent quand bien même avoir leur chance.
Malgré la sortie par la petite porte avec cette élimination humiliante, le Bosnien tient à accrocher une victoire face à son ancienne sélection, non seulement pour prendre sa revanche sur les responsables de la sélection ivoirienne, qui l’ont lâché en 2010, justement après sa défaite face aux Verts lors de la CAN-2010 en Angola, mais aussi et surtout, afin d’éviter une autre humiliation face à l’un des sérieux prétendants pour le sacre final. Halilhodzic tient tellement à cette victoire, même si le match est sans enjeu, qu’il songe sérieusement à sacrifier certains éléments, en alignant le onze le plus performant, c’est-à-dire fait de la majorité des habituels titulaires. Une option qui demeure la plus plausible, même si quelques changements seront opérés dans le onze de départ qui avait affronté la Tunisie et le Togo. On sera donc édifié dès aujourd’hui, à l’occasion de l’ultime séance d’entraînement des Verts à Rustenburg avant leur dernière confrontation de cette CAN-2013, qui a été un cinglant échec.

Actualités connexes