LE MNLA REAFFIRME SON ATTACHEMENT A UN STATUT POLITIQUE DE L’AZAWAD

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

combattant_rebelle_formation_militaire_nord_mali_mnla_azawad_750054366Le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) a réaffirmé son attachement à un statut politique de la zone située au Nord-Mali, a affirmé, ce jeudi à Ouagadougou, le porte-parole du mouvement, Mossa Ag Attaher, au cours d’une conférence de presse.

S’adressant à la presse pour expliquer les causes du blocage des négociations qui se tiennent actuellement à Alger, dans la capitale algérienne, le porte-parole du MNLA a indiqué que les négociations inter maliennes peinent à aboutir parce qu’il y a désaccord entre les autorités maliennes et les mouvements de l’Azawad, sur l’objet même des négociations.

« Nous sommes allés à Alger pour décrocher un statut de fédéralisme d’État pour l’Azawad », a déclaré, Mossa Ag Attaher, avant d’ajouter : « nous revendiquons le fédéralisme et si nous l’obtenons, nous allons l’assumer en respectant l’intégrité territoriale du Mali ».

En effet, pour lui, le statut d’Etat fédéral n’est pas incompatible avec l’intégrité du Mali, défendue par les autorités de Bamako. Et de citer des exemples à travers le monde.

Le porte-parole du mouvement regrette qu’au moment où se tiennent les négociations de paix en Algérie, « le président malien Ibrahim Boubacar Keita se livre à des déclarations incendiaires».

 Pour la délégation du MNLA présente à Ouagadougou, les négociations d’Alger devraient porter sur la détermination d’un statut politique pour l’Azawad, alors que la délégation venue de Bamako (forte de huit ministres), ne voudraient ni autonomie, ni fédéralisme, ni indépendance de l’Azawad.

« Les mouvements de l’Azawad, réunis en coordination, se battront jusqu’au bout pour obtenir un statut politique […] dans lequel le peuple de l’Azawad se retrouve », a martelé le porte-parole.

Il a aussi dit que l’aspiration du MNLA est de parvenir à un statut politique qui « nous permettra de garder notre drapeau, d’avoir notre assemblée constituante, d’avoir notre gouvernement local, notre administration gérée par les populations autochtones, notre sécurité gérée par les forces armées et de sécurité de l’Azawad ».

Apanews

Actualités connexes