Le Liban ferme ses frontières aux réfugiés syriens

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

libanDes réfugiés syriens dans la vallée de la Bekaa, au Liban, le 16 octobre 2014. Près de 1,2 million de Syriens se son réfugiés au Liban.

C’est officiel, et c’est le ministre des Affaires sociales, Rachid Derbas, qui l’annonce: le Liban, qui abrite près d’un million deux cent mille réfugiés syriens, a décidé de fermer ses frontières. Il n’accueillera plus aucun déplacé et ceux qui rentrent en Syrie seront rayés de la liste des réfugiés inscrits auprès des Nations unies

Avec un réfugié pour chaque trois habitants, le Liban compte la plus forte densité de réfugiés au monde. Les Syriens constituent le tiers des habitants, s’est inquiété le ministre de l’Intérieur, Nouhad Machnouk, et c’est beaucoup plus qu’il ne peut supporter. La densité de la population a atteint 540 habitants au kilomètre carré, un taux qualifié de « très dangereux », par le ministre des Affaires sociales Rachid Derbas.

La forte présence des réfugiés a eu des répercussions négatives sur l’économie, surtout que de nombreux pays n’ont pas honoré leurs engagements financiers. Les écoles publiques accueillent plus de 100 mille élèves syriens, qui sont admis gratuitement, au même titre que les écoliers libanais.

Mais la sécurité reste le défi qui inquiète le plus les autorités. L’armée libanaise procède régulièrement à des perquisitions dans les campements de réfugiés, soupçonnés d’abriter des partisans du groupe Etat islamique et d’al-Qaïda. Des drapeaux de ces deux organisations et du matériel de propagande sont souvent saisis, et des centaines de suspects ont été arrêtés ces dernières semaines.

rfi

Actualités connexes