Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on print
Share on skype
Share on telegram
Share on email
Share on linkedin

Le général Dia Adama et le nouvel ambassadeur de Mauritanie en France Wagne Abdoulaye plaident en faveur du projet Rajihi

0

Ambassade RIM ParisDepuis quelques jours, le général Dia Adama Oumar, chef d’Etat Major particulier du président de la république et Wagne Abdoulaye Idriss, fraîchement promu ambassadeur deMauritanie en France sont en tournée à l’Ouest du département de Boghé, dans les communes de Ould Birome et Darel Barkapour tenter de vaincre les réticences des populations de cette contrée vis-vis de l’implantation du projet Mauritano-Saoudien financé par Rajihii, un richissime homme d’affaire Saoudien.

Selon nos sources, les deux émissaires du président Mohamed O Abdel Aziz ont tenu plusieurs réunions publiques avec les populations qui vivent dans la zone du projet mais les lignes n’ont pas encore bougé. 

Les populations concernées par ce projet, persistent toujours dans leur opposition à la réalisation de ce projet qui engloutira 1 milliard de dollars soit 300 milliards d’ouguiyas. 

Argument avancé par les ruraux, le projet Rajihii constitue une menace pour l’élevage local ; bref, il va assassiner le pastoralisme et bouleverser l’équilibre naturel du Brakna-Ouest. L’ancien maire de Darel Barka, Kane Tidjane qui a assisté à la réunion organisée dans cette localité, a pourfendu et rejeté ouvertement ce projet rapporte notre source.

Nous apprenons toujours que les missionnaires ont demandé à rencontrer le mardi soir par l’entremise du nouveau maire de Boghé, Dia Hamadi Hachimiyouà rencontrer la commission foncière créée à cet effet par les ruraux du Brakna-Ouest pour porter le combat contre le projet. 

Rappelons que cette mission effectuée par le général Dia Adama Oumar et l’ambassadeur Wagne Abdoulaye Idriss pour amener les populations des deux communes, celles de Darel Barka et de Ould Birome dont l’économie repose essentiellement sur l’élevage et l’agriculture à changer d’avis, avait été précédée deux semaines avant par une autre mission conjointe du ministre des financesThiam Diombar et du ministre du développement rural, Brahim O M’Bareck

Elle avait pour objectif d’expliquer aux populations les enjeux socio-économiques du projet et son impact en termes d’emplois et d’amélioration de la production agricole du pays. Mais les deux ministres gouvernementaux ont été accueilli par«non, non, non…au projet Rajihii, non à la déportation !»

 

El foutiyou

 

التعليقات

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on print