La transition burkinabè évoquée, à l’Elysée, par Hollande et Ouattara

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

En France, le président François Hollande a reçu, jeudi 4 décembre, son homologue ivoirien, Alassane Ouattara, à l’Elysée. Au menu de l’entretien, les échanges économiques entre les deux pays et en particulier, la coopération financière avec le contrat de désendettement et de développement (C2D). Près d’un milliard d’euros seront ainsi destinés à financer des projets de développement qui n’attirent pas le secteur privé. Parmi les sujets encore évoqués, celui de la lutte et la prévention contre Ebola mais aussi celui de la transition au Burkina Faso.

Au Sénégal et plus précisément à Dakar, le week-end dernier, on avait noté une divergence dans la lecture des événements, fin octobre, au Burkina, qui ont conduit à la chute de Blaise Compaoré.

A la tribune, François Hollande avait parlé du soulèvement populaire comme d’une « belle démonstration » qui doit « faire réfléchir ceux qui veulent se maintenir au pouvoir en violant l’ordre constitutionnel ».

« Nous ne souhaitons pas d’insurrections et de désordre dans nos pays », avait répondu Alassane Ouattara à la même tribune.

A l’Elysée ce jeudi, le ton était moins lyrique pour exprimer les exigences de Paris à l’égard de la transition burkinabè.

« L’exigence, c’est le respect de l’ordre constitutionnel. L’exigence, c’est la date des élections et d’avoir, là aussi, un processus de transition. Mais, la France est aux côtés du Burkina Faso dès lors que ces conditions-là sont respectées. Et ceux qui se sont levés étaient aussi conscients qu’il fallait avoir le respect des règles constitutionnelles, c’est d’ailleurs pour ça qu’ils s’étaient soulevés », a déclaré le chef de l’Etat français.

Alassane Ouattara a insisté sur les convergences de vue avec la France, à savoir le succès de la transition burkinabè.

 ■ Les élections en 2015

 François Hollande, louant la stabilité économique et la politique ivoirienne, a eu un petit mot sur la campagne en vue de la présidentielle de l’an prochain, au moment où le FPI, le parti de Laurent Gbagbo, se déchire.

C’est le sens de notre relation de faire en sorte que la Côte d’Ivoire puisse garder cette stabilité.

François Hollande

président de la République française

Actualités connexes