La première visite de Macron aux soldats français au Mali.

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

Le président français Emmanuel Macron a appelé vendredi au Mali devant son homologue Ibrahim Boubacar Keïta à accélérer le processus de paix, pour son premier déplacement hors d’Europe, sur la base militaire française de Gao, principale ville du nord du pays.

Moins d’une semaine après son entrée en fonction, le chef de l’État, en déplacement à Gao, a marqué sa « détermination » à poursuivre l’engagement au Sahel, en renforçant la coopération avec l’Allemagne, mais aussi en complétant l’action militaire par une stratégie de développement.

À son arrivée peu avant midi (heure française), Emmanuel Macron, en costume bleu nuit, a été accueilli à la descente du Falcon présidentiel par M. Keïta, en boubou blanc, venu de la capitale, Bamako.

Ils ont passé en revue les troupes présentes sur la base de l’opération française Barkhane, qui mobilise 4 000 soldats dans cinq pays (Mali, Burkina Faso, Mauritanie, Niger et Tchad), dont 1 700 en poste à Gao actuellement, dans la lutte contre les jihadistes au Sahel.

Le président français était accompagné par ses ministres Jean-Yves Le Drian (Europe et Affaires étrangères) et Sylvie Goulard (Armées), ainsi que par le directeur général de l’Agence française de développement (AFD) Rémy Rioux.

Il a ensuite effectué un vol en hélicoptère au-dessus de Gao et de la boucle du fleuve Niger, à basse altitude, sous les caméras des télévisions embarquées à bord d’un autre hélicoptère.

Le Président a dit s’inscrire dans la continuité de son prédécesseur François Hollande dans sa détermination à combattre militairement les groupes jihadistes au Sahel, mais vouloir aussi apporter un “grand volontarisme en matière de développement”.

Le Président a ensuite mangé avec les troupes françaises, vraisemblablement ravie de cette vite présidentielle.

Actualités connexes