La NSA contrôlait les iPhone ? Apple dit non –

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

i_phone_dos_pommeSelon l’hebdomadaire allemand Der Spiegel, la NSA aurait eu un accès aux données et un contrôle à distance sur tous les iPhone dès 2008. Apple a démenti toute collaboration avec l’agence de sécurité américaine.

C’est une révélation digne des meilleurs gadgets de James Bond. Selon l’hebdomadaire allemand Der Spiegel, la NSA aurait disposé d’un système d’accès total aux informations envoyées depuis les iPhone.

En résumé, l’agence de sécurité américaine disposait d’un programme intitulé “DropoutJeep” qui lui permettait de déclencher la caméra et le micro des appareils à distance, d’intercepter des SMS ou d’accéder à la messagerie vocale, selon Jacob Applebaum.

Lors d’un congrès en Allemagne, cet expert informatique a décrit ce module qui s’installe sur le téléphone comme “une porte dérobée” dans les smartphones à la pomme. Pour Graham Cluley, chercheur en sécurité informatique, la présentation et les documents avancés par Applebaum sont crédibles.

Sur son site, il décrit ces éléments comme “un éventail d’outils plus large apparemment déployé par la NSA à l’encontre d’autres entreprises et produits technologiques comme les pare-feu Cisco, les serveurs HP ou les routeurs Huawei“, entre autres.

Mais Cluley a néanmoins voulu minimiser le danger encouru par les possesseurs d’iPhone. Il estime que ces documents ne “veulent pas dire que la NSA dispose d’un contrôle total sur votre iPhone“. Les documents avancés datent en effet de 2008 et concernaient donc les tout premiers modèles d’iPhone. “Espérons qu’Apple a amélioré la sécurité de ses logiciels depuis 2008. Et si ce n’est pas le cas, nous avons alors un énorme problème“, a-t-il conclu.

“La confidentialité des données de nos clients est très importante”

Soupçonné à demi-mot d’avoir collaboré avec l’agence de sécurité mis sous les feux des projecteurs depuis les révélations d’Edward Snowden, Apple n’a pas tardé à réagir. “Nous ne sommes pas au courant du programme incriminé de la NSA qui viserait nos produits“, a expliqué le fabricant informatique américain dans un communiqué. “Apple n’a jamais travaillé avec la NSA pour créer une porte dérobée (backdoor en anglais) dans ses produits, y compris les iPhone“.

La sécurité et la confidentialité (des données de) nos clients sont très importantes pour nous. Notre équipe travaille en permanence pour rendre nos produits encore plus sûrs et permettre à nos clients de mettre à jour plus facilement leurs logiciels“, poursuit le communiqué.

Il y a quelques mois, c’est la fonctionnalité de reconnaissance digitale de l’iPhone 5S qui avait soulevé quelques inquiétudes. Selon la rumeur, les fichiers d’empreintes auraient pu être partagés avec la NSA et le FBI, le tout couplé aux données GPS qui permettraient de retrouver une personne soupçonné d’actes répréhensibles.

Lors des révélations du programme PRISM par le Washington Post et le Guardian, Apple, Google, AOL, Facebook ou Microsoft, figuraient parmi les sociétés qui avaient laissé à la NSA un accès direct aux données personnelles des utilisateurs.

 

 

Actualités connexes