La NSA admet qu’Edward Snowden a volé jusqu’à 200 000 documents

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print
nsaGrosso modo, il y a maintenant cinq mois que le scandale du PRISM, révélé par Edward Snowden, a éclaté aux yeux de tous. Si une myriade de révélations d’importance a filtré, personne n’avait encore conscience de l’ampleur du nombre de documents volés à la NSA. 
PRISM est le nom de code d’un programme du gouvernement américain, ce n’est pas du tout un projet du Shield… Il donne la NSA un accès sans précédent aux serveurs des grandes entreprises de haute technologie. En conséquence de quoi, l’instance gouvernementale se sert sans compassion dans les données personnelles des utilisateurs, sous couvert de la lutte contre le terrorisme et de lois savamment travaillées.Sans la contribution d’Edward Snowden, ces agissements seraient restés dans l’ombre, à défaut d’être secrets, puisqu’objectivement, tout le monde s’en doute depuis des temps immémoriaux. Pas vu, pas pris. Cet ancien ingénieur de la NSA a réussi à récupérer des documents prouvant la mise en place de ce vaste programme d’espionnage. Ces derniers sont en ce moment même examinés par la presse américaine. Voilà où nous en sommes aujourd’hui, allant de révélation en révélation.

Entre 50 000 et 200 000 documents partagés

Quid de ces documents ? De leur nombre ? Nous n’en savions rien jusqu’à ce que le directeur général de la NSA, Keith Alexander, éclaire ce mystère lors d’une réunion privée d’experts en Affaires étrangères. En effet, il risque de pleuvoir des révélations puisque Snowden a partagé entre 50 000 et 200 000 documents avec les journalistes.Les découvertes qui ont été faites jusqu’à maintenant ne sont donc que le sommet de l’iceberg, en admettant même que le chiffre ne se porte qu’à 50 000 éléments. En revanche, on peut facilement imaginer que le gros du dossier a été épluché et que les futurs scoops n’apporteront que des précisions. Effectivement, les journalistes sont en possession de ce Saint Graal depuis le début du mois de juin, au minimum, ce qui leur a largement laissé le temps de divulguer les plus grosses arcanes du PRISM.On ne doit tout de même pas dormir sereinement, qu’importe de quel côté de la barrière… Le gouvernement américain doit se demander ce qui va encore pouvoir tomber, les journalistes doivent craindre de sortir de chez eux, quant à Snowden, il attend temporairement en Russie qu’un pays ose lui offre l’asile de façon durable.

 
 
 
Reuters via gizmodo.fr

Actualités connexes