La mort mystérieuse du directeur de CMA CGM Mauritanie a-t-elle livrée tous ses secrets ?

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

col 2(1)L’Officier français très expérimenté, le tout nouveau directeur de CMA CGM le colonel Ange-Antoine Lecciaa été tué dans un accident de chasse mardi 28 octobre dernier en Corse où il était en vacances, au mois d’octobre !

Placé par les enquêteurs français dans la catégorie accident de chasse cette mort soulève encore un grand nombre d’interrogations.  Le colonel  Ange-Antoine Leccia,   ancien porte-parole de l’opération Licorne en Côte d’Ivoire  avait quitté l’armée  décembre dernier pour venir en début d’année travailler dans le privé en Mauritanie  comme directeur général de l’entreprise française CMA CGM Mauritanie qui venait d’ouvrir ses portes. Il s’agit d’un parachute doré aussi inhabituel que rapide surtout dans un domaine pointu, le transport maritime et dans lequel l’officier n’a aucune expérience.

 Originaire de Conca en Corse, le colonel Leccia était le fils d’un ancien militaire chevronné, lui-même Saint-Cyrien, ancien officier parachutiste en Algérie, officier de la légion d’honneur  il a été aussi attaché de défense au Tchad, et  chef de corps du 1er RAMA de 2005 à 2007, à Laon-Couvron. Il a servi au 3ème RAMA de Canjuers, au cabinet du chef d’état-major de l’armée de terre, à l’état-major de l’armée de terre, à l’ambassade du Tchad et à la direction du renseignement militaire.  Le colonel Ange-Antoine Leccia était officier de la légion d’honneur, officier de l’ordre national du mérite et détenteur de la croix de la valeur militaire. Autant dire un officier qui ne se laisse pas la conter. C’est dire que c’était tout sauf un novice dans le maniement des armes et les équipées dans les broussailles.

C’était aussi un officier très expérimenté dans le domaine des relations franco-africaines.

C’est en tout cas cet officier que l’on retrouva mort d’un coup de fusil ce 28 Octobre à Sari- Solenzara. Mais là ou l’affaire se corse, c’est quand quelques heures plus tard on retrouva mort Jean-Pierre Lucchini, 82 ans, un retraité de la SNCF habitant le village et qui estsoupçonné d’avoir tiré le coup de feu mortel contre l’officier.

D’après ce qu’il a raconté aux secouristes, Jean-Pierre Lucchini a entendu du bruit dans un buisson alors qu’il est en poste. Pensant à un sanglier, il fait feu à la chevrotine. Atteignant d’un seul coup Ange-Antoine Leccia, qui chassait également non loin.

  Arrivés sur les lieux du drame, les pompiers s’activaient autour du corps de l’officier, et perdent de vue Jean-Pierre Lucchini dont on retrouvera le lendemain la dépouille, sur un autre sentier. Son décès, jugé « non suspect », serait survenu à la suite d’un malaise cardiaque.

Reste quand même quelques zones d’ombre sur le parcours de Jean-Pierre Lucchini, entre le moment où il s’est éloigné des pompiers, et l’instant où sa dépouille a été localisée et surtout pourquoi il s’est éloigné en choisissant un autre chemin beaucoup plus tortueux que celui emprunté par les pompiers. En tout état de cause l’enquête confiée aux gendarmes de Porto-Vecchio n’a pas éclairci le mystère qui entoure cette mort. Le Profil du colonel Ange-Antoine Leccia n’est pas vraiment celui d’un simple bougre inexpérimenté à la merci du premier octogénaire armé. En tout état de cause sur certains blogs on pense que le poste occupé par lui en Mauritanie n’est en fait qu’une couverture pour des activités de renseignement en relation avec les opérations militaires au Sahel. Si c’est le cas on ne peut totalement exclure une mort en relation avec le monde du renseignement. Toujours est il que cette mort est passée quasiment inaperçue en Mauritanie où de simples entrefilets de presse se sont contentés de la relater. Mais il est vrai que le monde mystérieux des renseignements ne livre jamais tous ses secrets.

Actualités connexes