«La CENI vient de confirmer les craintes de la COD», dixit Ould Maouloud

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

maouloud_ufp_123Au cours d’un point de presse organisé par la COD,  ce mercredi, à  midi, au siège de l’UNAD, Dr Mohamed Ould Mouloud a affirmé que les craintes de la COD,  liées à la transparence du scrutin du 23 novembre viennent d’être confirmées, à travers un communiqué  de la commission électorale nationale indépendante en charge d’organiser justement  les élections du 23 novembre. Dans son  communiqué, affirme le président de l’UFP, la commission dénonce  l’implication des pouvoirs publics dans la campagne, ce qui est contraire à la loi portant  sur l’incompatibilité des charges. Mais, regrette Ould Maouloud, le communiqué n’est assorti d’aucune menace de sanction  pour réprimer de tels manquements. “Nous avions douté de la de l’indépendance et de la capacité de la CENI à organiser des élections indépendantes et l’institution vient de nous donner raison, parce qu’elle est désavouée aujourd’hui par ceux-là même qui ont contribué à sa mise en place”, indique le président de l’UFP qui a cité les sorties de Messaoud Ould Boulkheir sur une chaine privée, des déclarations des responsables du parti SAWAB, de l’AP…

Le président Ould Maouloud a ensuite abordé le sulfureux marché de bulletins de vote. Et le président de l’UFP de retracer le processus d’appel d’offres qui s’est conclu par un marché de gré à gré  réalisé dans des conditions suspectes avec une société britannique trainée devant la juste pour corruption. Un gré gré qui a fait perdre à la Mauriatnie près de 200 millons d’Ouguiyas  parce qu’il a été cédé à la société la moins disante  et qui avait, rappelle le conférencier au passage,  obtenu le marché des bulletins de votes  pour les élections  de 2009 en Mauritanie.

Mohamed Ould Maouloud a ensuite  abordé  le financement des parts politiques ayant accepté  de participer au scrutin du 23 novembre.  Il s’agit, affirme Ould Maouloud  d’une violation flagrante de la loi portant sur le financement de partis politiques votés par l’Assemblée Nationale.  Pour bénéficier d’une subvention de l’Etat, il faut disposer d’une base électorale, avec au moins 1% de l’électorat, or affirme le conférencier, nombre de partis politiques engagés dans la présente campagne ne disposent d’aucune base électorale pour mériter, si ce n’est par clientélisme, les biens publics qu’on leur a distribués. C’est une  véritable opération  de corruption électorale, dixit Ould Maouloud.  

Le dernier point abordé par le président de l’UPF a porté sur la création de l’observatoire des élections. “A quoi va servir cette institution qui n’aura pas fini de s’installer avant le jour des élections”, s’est interrogé Ould Maouloud qui ne dit par ailleurs respecter les personnalités cooptées.

C’est justement pour  « ne pas cautionner  une  mascarade électorale qui ne fait pas honneur à la Mauritanie, au contraire, qui ternit son image auprès de nos partenaires africains  et européens  que la COD a décidé de le boycotter activement », conclut Ould Maouloud

Signalons que la COD annonce un meeting à Nouadhibou, le samedi prochain et d’autres activités similaires à travers tout le pays.

 

Le Calame

Actualités connexes