Journée du réfugié : Pour un retour des réfugiés de Mbéra

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

refugiéLa Journée mondiale du réfugié, célébrée le 20 juin dernier, a coïncidé avec la signature du dernier maillon manquant de la chaîne aux accords de paix au Mali. Ce sont ainsi quelques 50.000 réfugiés maliens jusque-là cantonnés dans la localité de Mbéra, à Bassiknou, qui pourraient retourner tranquillement chez eux.

La Mauritanie a célébré le samedi 20 juin 2015 la Journée mondiale du réfugié à l’instar de la communauté internationale, avec plusieurs autres activités au programme, sous l’égide du Haut commissariat aux réfugiés des Nations Unies. Celle-ci protège et gère une population assez importante de réfugiés et de demandeurs d’asile.

Ainsi, depuis 2012, le HCR gère, en collaboration avec les autorités mauritaniennes un vaste camp érigé en 2012 dans la localité de Mbéra, au Bassiknou. C’était lors de la ruée de milliers de Maliens fuyant la guerre entre forces régulières maliennes et séparatistes touarègues, mais aussi durant l’occupation jihadiste. Ce sont ainsi quelques 49.500 personnes qui vivent depuis trois ans dans ce camp de fortune.

Coïncidence ou pas, la célébration de la Journée mondiale du réfugié s’est déroulée cette année sous de bons auspices. En effet, c’est ce même jour que l’espoir d’un retour définitif de la paix au Mali s’est dessiné.

La Coalition des mouvements de l’Azawad venait en effet d’apposer sa signature sur les accords de Bamako que les autres fractions avaient déjà approuvés. Si l’Azawad a gagné une victoire en arrachant d’importantes concessions comme la création d’assemblées régionales dotées de pouvoirs importants élus au suffrage universel direct, Bamako conserve l’unité de son territoire, car les séparatistes n’ont obtenu ni autonomie ni fédéralisme.

Bien que les accords doivent encore être confrontés à la réalité du terrain, certains experts du HCR et le gouvernement mauritanien, qui avait assisté à Bamako à la signature des accords de paix, semblent être soulagés face à l’évolution politique constatée.

Le retour des 50000 réfugiés maliens chez eux pourrait bien être une réalité, ce qui permettrait à l’agence onusienne de réorienter ses ressources vers d’autres lieux de tension et à l’Etat mauritanien de capitaliser un bien lourd fardeau.

Il faut dire que la Journée mondiale du réfugié a été aussi célébrée par quelques 1500 réfugiés et demandeurs d’asile politique en provenance principalement de la Côte d’Ivoire, de la République de Centre Afrique et de la Syrie. Dans la protection et l’assistance qu’elle apporte à ces populations le HCR offre des appuis en matière d’éducation pour les enfants, la distribution de nourriture, en matière de santé, d’accès à l’eau potable, etc.

MOMS

L’Authentique

Actualités connexes