Journaliste mauritanien écroué

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

MoulayNajimLe directeur général d’un périodique mauritanien “Points chauds”, Moulaye Najim Ould Moulaye Zeine, a été écroué mercredi par un juge d’instruction du tribunal régional de Nouakchott “pour outrage aux bonnes moeurs”, a appris la PANA jeudi de source proche de la rédaction du journal.
Un ingénieur informaticien, Adel Sejad, gérant du site Internet du journal, a également été emprisonné pour violation de la loi règlementant l’exercice des activités publiques dans le domaine de l’audiovisuel.
Le journal “Points chauds” a diffusé il y a quelques semaines un dossier relatif à une affaire de moeurs, un film X tourné à l’intérieur de la prison civile de Nouakchott mettant en scène quelques détenus, une dame venant rendre visite à son mari incarcéré et des femmes détenues à la prison des femmes convoyées à la prison centrale pour les besoins du tournage de la cassette porno.
Le journal a diffusé des photos et soutient détenir un film mettant plusieurs personnes en scène et donc en cause, mais celles-ci ont formellement démenti les informations diffusées.
Les services du ministère de la Justice ont ouvert une enquête sur cette curieuse affaire, mais les conclusions de celle-ci n’ont pas encore été rendues publique.
La directrice de publication du journal, Ezza Mint Moulaye El Hacen, épouse du journaliste incarcéré, se demande, dans une déclaration faite jeudi à la PANA, pourquoi le régisseur de la prison civile et les responsables de l’administration pénitentiaire n’ont pas été entendus pendant l’enquête préliminaire, au niveau du Parquet et au niveau du juge d’instruction avant toute décision de placement en détention préventive.
“Nous avons un film et donc toutes les preuves par images de ce qui a été rapporté par le journal.
Ces images ont été mises à la disposition du commissaire de Police chargé des délégations judiciaires au palais de Justice, l’Officier de police judiciaire qui a mené l’enquête préliminaire et qui a signé une décharge au moment de la remise des supports, alors pourquoi l’arrestation de notre directeur général et de notre informaticien” ? Mme Moulaye Hacen dit enfin craindre pour la vie des deux détenus, étant donné que les personnes mises en cause dans le film x sont dans la même prison et que l’administration de celle-ci est restée la même depuis le tourn

Source : APA

Actualités connexes