Mauritanie : Imbroglio électoral : Le Président écarte tout report !

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

O A AzizLe Président de la République Ould Abdel Aziz vient de lever l’équivoque sur l’imbroglio électoral, réaffirmant hier mardi, en marge de la cérémonie d’ouverture des travaux du Forum International sur le Pastoralisme organisé conjointement par la Mauritanie, la Banque Mondiale et le Comité Inter Etats de Lutte contre la Sécheresse au Sahel (CILSSm la tenue des élections législatives et municipales du 23 novembre prochain suivant l’agenda officiellement fixé pour ces échéances.

Des affirmations qui interviennent à un moment où des supputations parlent d’un éventuel report de ces consultations électorales, notamment après la décision prise par la COD de reprendre ses manifestations pour faire échouer cet agenda électoral.

Par ailleurs, les vœux pressants exprimés par le Président de l’Assemblée nationale et leader de l’APP Messaoud Ould Boulkheir, également l’une des influentes personnalités disposant d’une grande aura auprès du Chef de l’Etat, de voir ces échéances reportées à une date ultérieure, avait conduit certains analystes à penser que Ould Abdel Aziz a fait en aparté des engagements dans ce sens à Ould Boukheir.

Mais, ces dernières précisions faites à des confrères par le Président de la République ainsi que ces mesures parallèles prises par des forces politiques dont le déploiement d’importants moyens en perspective de cette rude compétition électorale pour être à leur maximum de mobilisation au jour des scrutins qui interviendront dans moins d’un mois, corroborent l’organisation des élections au 23 novembre prochain.

Selon des observateurs, reportées à plusieurs reprises, les futures élections législatives et municipales, étaient confrontées à des risques énormes de blocage d’où la possibilité de leur recul que le Président vient de démentir. Quoiqu’il en soit, la tradition électorale mauritanienne a habitué ces dernières années l’opinion à des reports in extremis des agendas électoraux, décidés par les Pouvoirs Publics à la toute dernière minute, où tous les indicateurs sont réunis pour passer au vote.

L’élection de novembre ne fait exception à la règle et peut être donc comme les précédentes échéances sujette au report, surtout qu’il y a va de l’intérêt du consensus politique mauritanien, de la confiance des partenaires du développement et de la stabilité du pays.

 

Temps forts Mauritanie

Actualités connexes