Mauritanie/Hervé Besancenot:”Il n’y a pas de base militaire à Atar”

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

Hervé Besancenot-MoulayLors d’un entretien avec le journal Points Chauds ,son excellence  l’Ambassadeur de France  à Nouakchott Mr Hervé Besancenot, a démenti, l’existence de Base Militaire Française en Mauritanie, et avoue que la France a contribué en effet à la formation de ces GSI, qu’il qualifie comme étant des éléments les plus saillants, et les plus performants de l’armée mauritanienne aujourd’hui;  « C’est vrai que j’ai lu, ici et là, qu’il y a une base militaire française à Atar. Il n’y a pas de base militaire, je dirai que pendant des années, des actions de formations au profit de l’armée mauritanienne ».

Sur le plan sécuritaire son excellence de dire ”nous avons en effet, sur le plan sécuritaire et sur le plan militaire une coopération assez forte avec la Mauritanie …….nous apprécions par ailleurs – et ça nous ne nous en cachons pas – et sans privilégier par rapport aux autres aspects du partenariat franco-mauritanien, les succès mauritaniens dans la sécurisation de leur territoire. C’est évident que c’est un élément qui doit être mis à l’actif du bilan du pouvoir actuel. Oui, nous sommes en effet très satisfaits de la manière dont la Mauritanie, parmi les meilleurs de la région, a réussi à sanctuariser son territoire

Sur le plan politique  Mr Hervé Besancenot d’ajouter ”Nous, nous ne défendons aucune partie, nous défendons des valeurs. Nous ne sommes pas d’un coté ou de l’autre, par définition. Nous parlons aux uns et aux autres de choses qui expriment notre sentiment sur la situation, ce qui ne nous empêche pas de dire, avec diplomatie, à nos interlocuteurs, l’appréciation que nous avons sur les résultats politiques mais aussi sur ces insuffisances.”

Pour ce qui concerne le dialogue , son excellence de dire qu’ils respectent  la souveraineté mauritanienne et que l’agenda politique est fixé par la constitution, c’est un fait et c’est ce que déclare la majorité. L’opposition pour sa part, et pour une part d’entre elle en tout cas, a décidé de boycotter c’est son droit le plus strict, même si on peut le regretter pour la crédibilité des prochaines élections  ” nous nous en prenons acte des positions des temps et des autres, mais nous continuons, bien entendu, à préconiser un dialogue même si le temps passe. Si le premier tour a eu lieu le 21 juin, il serait temps que de part et d’autre, on trouve un point d’ancrage pour se parler mais à ce stade, ce n’est pas le cas mais c’est ce qui doit se faire”.

A souligner qu’il y a quelque temps la presse avait faite était de l’existence d’une base Militaire française à Atar

L’interview a été réalisée hier et sera publier très prochainement

Actualités connexes