A la Une

MAURITANIE : Coronavirus/Lettre ouverte au Premier Ministre.

Monsieur le Premier Ministre.

Dans un article intitulé « Coronavirus : le gouvernement lutte, les médias et la société civile sombrent dans l’hibernation hivernale » paru dans les colonnes du journal Alwiam hier un de nos confrères a écrit :

« L’efficacité et l’efficience de la stratégie adoptée par le gouvernement mauritanien dans ses efforts visant à empêcher la propagation du Coronavirus dans le pays a donné ses fruits et ne fait l’objet d’aucune controverse, Dieu merci ». Mais, poursuit notre confrère, « ces actions menées par les autorités étatiques sur tous les plans doivent s’accompagner d’une prise de conscience et d’une sensibilisation parallèle, afin d’atténuer la pression sur les pouvoirs publics et de renforcer la prévention ». Et d’ajouter « Malgré la menace que représente une pandémie qui se propage vite, qui  fait sauter toutes les barrières sanitaires puissantes et tous les verrous à travers le monde, les médias mauritaniens préfèrent sombrer dans une quasi hibernation, en matière de diffusion d’infos visant à susciter une prise de conscience dans les rangs des citoyens et d’une communauté ouverte, bédouine et dont les membres sont accros à la vie collective ». Et enfin il conclut en disant « Les efforts du gouvernement nécessitent le fort soutien d’une presse professionnelle »

J’étais justement entrain d’écrire un « point de mire » à ce sujet  sur le site électronique de notre  journal, quand je suis tombé sur l’article rédigé en arabe  par la l’Agence d’Information de  AlWiam dont je viens de vous donner quelques extraits. Effectivement le constat est là. Mais contrairement à ce qu’a dit notre confrère, la presse, de manière générale,  n’est pas été absente dans l’exploitation et la diffusion des informations qui se rattachent à la sensibilisation sur le Corona. Par contre cette presse n’a pas été associée par la commission interministérielle à la mise en place  d’une stratégie de communication. Le travail de cette commission devait être dès le départ soutenu par un accompagnement de conseils de services de presse et de  la communication. A défaut de coordination, les différents  organes de cette presse qui sont en activité sont partis dans la bataille en ordre dispersé sans avoir été canalisés par une stratégie de communication globale proposée par le gouvernement.

Monsieur le Premier Ministre.

La communication est un outil et une « politique » qui servent à mettre en place des canaux pour le circulation de l’information. Comme le dit le journal en ligne AlWiam,  la télévision El Mouritaniya s’est battue  depuis le début de la pandémie déployant des moyens matériels, humains et financiers énormes pour accompagner les pouvoirs publics dont elle est auxiliaire de presse. Malheureusement cette télévision n’a pas atteint tout à fait  l’impacte recherché. Ce qui ne lui est pas imputable forcément. Si cette télévision s’est battue  « seule » comme le dit notre confrère, ce n’est pas de notre faute nous autres de la presse nationale indépendante. La faute revient à la commission ministérielle mise en place pour lutter contre le coronavirus qui ne nous a pas, consciemment ou inconsciemment- associés à cette campagne nationale. La lutte contre la propagation du coronavirus est une  affaire  d’une  portée, telle qu’elle doit impérativement impliquer toutes les compétences nationales dans les domaines qui peuvent contribuer de près ou de loin à la mise en place d’une plan de communication de riposte efficace. Ce plan doit s’articuler sur une réponse médiatique adaptée aux circonstances actuelles et la spécificité de la cible à atteindre. Cette réponse médiatique doit donc  s’inscrire forcément dans un cadre de  sensibilisation sanitaire, humanitaire et sociale de masse. Une spécialité qui ne  relève de la compétence  que de deux mauritaniens  seulement pour ce pays de 4.000.000 d’habitants. Malheureusement, les responsables du ministère de la santé se sont appuyés sur  la production  et la diffusion de messages  produits ailleurs « copiés- collés » inadaptés  aux circonstances et qui contournent les impactes réels sur les masses qui  constituent le point de mire des messages à véhiculer.

Cette situation, Monsieur le Premier Ministre découle du fait que les responsables au niveau du Ministère de la santé  en charge de l’information, n’ont pas peut être, compte-tenu de l’urgence, eu le temps nécessaire  pour recueillir des avis auprès des professionnels en la matière. Un fonctionnaire du ministère est un fonctionnaire. Ses compétences sont parfois administratives ou parfois sanitaires mais pas liées à la presse. Un spécialiste de la communication est un professionnel  armé de connaissances qui sont nécessaires pour mettre en place une bonne stratégie de communication de laquelle et à partir de laquelle découlera la campagne d’information et de sensibilisation qu’elle soit audio, visuelle ou numérique. Du fait que l’objectif visé par les pouvoirs publics est d’arriver à briser la chaine de contamination, logiquement la commission interministérielle devait mettre en place un  groupe de presse  technique  consultatif restreint pour lui soumettre  un plan de communication qui sera exploité pour concevoir et produire des messages clés destinés à une sensibilisation de masse à large spectre qui touchera les domaines de :

  • L’hygiène,
  • La sécurisation des frontières,
  • La responsabilisation du citoyen dans la mise en application stricte des règles de confinement et des conseils prodigués

Monsieur le Premier Ministre.

Si aujourd’hui, par exemple  les taximans s’abstiennent de faire appliquer les décisions prises à très haut niveau par les autorités soucieuses de préserver notre santé, si les concitoyens refusent de prier chez aux et par excès de zèle ne  prient que dans les mosquées en ordre serré comme le préconise la religion,  et si les propriétaires de véhicules zigzaguent jusqu’à tard dans la nuit dans les ruelles, cela veut dire que nous avons là des indicateurs concrets qui démontrent que la campagne de sensibilisation menée jusqu’ici enregistre un déficit d’impact important.  Je conseille  donc à la commission interministérielle en charge de la communication de faire appel à toutes les bonnes volontés  de la presse indépendante et publique, à des spécialistes en communication de masse et à des conseillers de presse pour changer la stratégie de la campagne actuelle, et pour l’orienter en campagne professionnelle. Si nous n’adoptons pas cette approche nos forces de sécurités vont perdre le temps le long de nos frontières face à des comportements irresponsables de certains de nos citoyens qui vont continuer de s’infiltrer,  nos lignes vertes seront toujours et  toutes  saturées inutilement, nos transporteurs resteront inconscients et peu participatifs.

La communication est une science qui s’acquiert et s’applique en cas de nécessité suivant la donne pour laquelle elle adaptée. La sensibilisation de masses requiert des conseils en communication spécifiques. Quand je vois à la télévision nationale El Mouritaniya,  la chaine leader sensée jouer le vrai rôle de télévision de proximité pour une population très mal conscientisée diffuser des spots publicitaires audiovisuels qui demandent aux citoyens ;

1 –          de se laver les mains au savon  en faisant la démonstration  sur un  lavabo en céramique,

2 –         de se moucher avec un mouchoir jetable et de le lancer dans une poubelle de type bureautique,

3 –        d’ouvrir la porte en tenant le poignet par un « mouchoir jetable »

4 –     de se laver  les mains au savon ou au gel alcoolisé dont le flacon de 80 ml coûte 150 MRU,  je suis en droit de me poser la question de savoir si les 3.900.000 mauritaniens qui n’ont même  pas de toit donc  de lavabo à la maison,  qui n’ont pas une poubelle bureautique, qui n’ont pas de poignet parce qu’ils n’ont pas de porte d’entrée de leur case ou de leur tente vont se sentir ciblés par ces conseils diffusés de manière tapageuse sur les antennes de la télévision ? Les spots publicitaires à diffuser sont nécessaires. Mais quand ils ne sont pas adaptés à leur contexte, ils peuvent produire l’effet inverse. Les producteurs et réalisateurs des télévisions El Mouritaniya, El Mourbitounes, Chinguetty,  El Wataniya et les autres  doivent adapter les spots publicitaires aux réalités sociales et économiques spécifiques des citoyens. Les spots diffusés jusqu’à présent donnent l’impression de s’adresser seulement aux habitants de Tevragh-Zeina, aux habitants du quartier Dubai de la Zone de l’aéroport de Nouadhibou et aux expatriés. Mais pas aux populations mauritaniennes des adwabas du triangle de la pauvreté de Barkéol, aux populations de Tarhil, Legreigue et Limguaity de Nouakchott ou aux populations de Gorel Guidale, ou Olo Ologo dans la Vallée.

Au lieu d’accompagner les recommandations de la commission interministérielle en  montrant des images de 4 passagers à l’intérieur d’un taxi comme l’exigent les circonstances et les décisions prises, 1 personne à l’intérieur du triporteur Tata, 10 passagers à bord d’un bus comme le recommande la circulaire, et au lieu de rendre visite à une famille confinée sous la tente, ou  dans une case pour lui demander de conseiller à leurs parents d’ailleurs de respecter les consignes de santé, et au lieu aussi  de montrer  un boutiquier consciencieux qui ferme sa boutique au début de l’heure du couvre feu, la télévision continue de nous gaver par des images de mauvaise qualité de drones   qui survolent des villes ce qui n’apporte rien à la sensibilisation de la vendeuse de couscous d’Arafat dont l’activité lucrative  a été arrêtée,  et qui ne donne aucune leçon de sensibilisation au manœuvre du port de l’amitié en chômage technique et au vendeur de menthe à la criée qui, au feu rouge de Tensoueilim se courbe sur le siège des véhicules pour vendre sa marchandise.

Monsieur le Premier Ministre.

Il n’est jamais tard pour  bien faire. Et il vaut mieux tard que jamais. La commission de la communication du gouvernement mise en place doit trouver un mécanisme qui associe -dans  un collectif de presse toutes catégories confondues-, quelques professionnels de la communication, des chargés de programmes des quatre chaines de télévision et les quelques agences de communications pour travailler ensemble rapidement sur une vraie campagne de sensibilisation de masses pour que les infiltrations s’arrêtent, pour que les consignes de sécurités soient respectées pour que nous puissions passer à zero cas, notre objectif avant qu’il ne soit trop tard. Trop tard pour les pouvoirs publics de réagir et trop tard pour nous conseillers en communication  de masses et journalistes professionnels pour  faire limiter  les dégâts par notre savoir faire.

En ces moments difficiles et à risques élevés, pouvoirs publics, pouvoirs privés, acteurs politiques,  société civile, et toutes bonnes volontés confondues doivent conjuguer leurs efforts au même temps. Je souhaite que nos premiers responsables de la commission en charge de la communication sur le coronavirus s’ouvrent à toutes les bonnes volontés de la presse publique et privée et aux agences de communications spécialisées pour les épauler en leur proposant un plan de communication adapté aux circonstances et à la spécificité de la cible à atteindre. Ce ne serait pas commettre un péché. Même si c’était un « péché » administratif de le faire ce péché est pardonnable  dans  ces circonstances exceptionnelles. Après tout, le Corona est une affaire qui nous concernent tous à parts égales quelque soit le domaine dans lequel nous sommes acteurs et quelque soit notre sensibilité.

 

Mohamed Chighali
Consultant  en Communication Humanitaire
et sociale de Masse.
mchighali.fr707@gmail.com

 

Partager une information c'est comme donner la vie

URL courte: https://pointschauds.info/fr/2020/04/05/mauritanie-coronavirus-lettre-ouverte-au-premier-ministre/

Publié par sur fév 11 2013. Archivé sous Evènement, Faits divers. Vous pouvez suivre les réponses à cet article par le RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse ou un trackback sur cet article

Les commentaires sont fermés.


Voir tous les dossiers





Qui compose l’« Émirat is...

L’État Islamique, le « Pr...

Arnaque médiatique ? L’Ir...

Urgent-Libye: Des révélat...

Le MAEP, piqué par le vir...

sur le Mobile

Version P-PDF

Version Digitale

News Letters

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation!


info@pointschauds.info , redaction@pointschauds.info, dg@pointschauds.info, pub@pointschauds.info