Formation de femmes journalistes de télévisions publique et privées.

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

Le réseau des femmes journalistes mauritaniennes organise

journalistes

, en collaboration avec le centre culturel égyptien , à Nouakchott, une semaine de formation au profit de femmes journalistes des télévisons publique et privées.
 Cette formations porte sur les genres et les techniques de jou

rnalisme, notamment l’interview télévisée, les reportages, le montage et le journalisme d’investigation.

Prenant la parole à cette l’occasion du lancement de cette formation, Mme Khadijetou Mint Dddé, conseillère au ministère de la Communication et des Relations avec le Parlement a souligné l’importance de cette session de formation dans la recherche de solutions aux problèmes liés à l’i

mage de la femme en général et notamment sa présence dans les chaines de télévision.

« Cette formation est censée appuyer cette présence, a-t-elle dit, remerciant l’ambassade d’Egypte pour son appui en matière de formation des journalistes ».
Pour sa part, Mme Salka Mint Sneid, présidente du réseau des femmes journalistes mauritaniennes a loué l’apport de la coopération du centre culturel égyptien.
SEM. Ahmed Fadel Yacoub, ambassadeur d’Egypte a, quant à lui, réaffirmé la volonté de l’Egypte de renforcer sa coopération avec la Mauritanie et sa détermination à faire en sorte que le centre culturel égyptien restaure son image éclatante des années 60.
Par ailleurs, le diplomate égyptien a rassuré la présence par rapport à la crise politique que traverse actuellement l’Egypte , soulignant que son pays sortira grandi de cette crise intervenue après la révolution et qui ne doit susciter « aucune inquiétude sur le sort de la grande Egypte ».

Le réseau des femmes journalistes mauritaniennes organise, en collaboration avec le centre culturel égyptien , à Nouakchott, une semaine de formation au profit de femmes journalistes des télévisons publique et privées.
 Cette formations porte sur les genres et les techniques de journalisme, notamment l’interview télévisée, les reportages, le montage et le journalisme d’investigation.

Prenant la parole à cette l’occasion du lancement de cette formation, Mme Khadijetou Mint Dddé, conseillère au ministère de la Communication et des Relations avec le Parlement a souligné l’importance de cette session de formation dans la recherche de solutions aux problèmes liés à l’image de la femme en général et notamment sa présence dans les chaines de télévision.
« Cette formation est censée appuyer cette présence, a-t-elle dit, 

remerciant l’ambassade d’Egypte pour son appui en matière de formation des journalistes ».

Pour sa part, Mme Salka Mint Sneid, présidente du réseau des femmes journalistes mauritaniennes a loué l’apport de la coopération du centre culturel égyptien.
SEM. Ahmed Fadel Yacoub, ambassadeur d’Egypte a, quant à lui, réaffirmé la volonté de l’Egypte de renforcer sa coopération avec la Mauritanie et sa détermination à faire en sorte que le centre culturel égyptien restaure son image éclatante des années 60.
Par ailleurs, le diplomate égyptien a rassuré la présence par rapport à la crise politique que traverse actuellement l’Egypte , soulignant que son pays sortira grandi de cette crise intervenue après la révolution et qui ne doit susciter « aucune inquiétude sur le sort de la grande Egypte ».

Le réseau des femmes journalistes mauritaniennes organise, en collab

oration avec le centre culturel égyptien , à Nouakchott, une semaine de formation au profit de femmes journalistes des télévisons publique et privées.

 Cette formations porte sur les genres et les techniques de journalisme, notamment l’interview télévisée, les reportages, le montage et le journalisme d’investigation.

Prenant la parole à cette l’occasion du lancement de cette formation, Mme Khadijetou Mint Dddé, conseillère au ministère de la Communication et des Relations avec le Parlement a souligné l’importance de cette session de formation dans la recherche de solutions aux problèmes liés à l’image de la femme en général et notamment sa présence dans les chaines de télévision.
« Cette formation est censée appuyer cette présence, a-t-elle dit, remerciant l’ambassade d’Egypte pour son appui en matière de formation des journalistes ».

Pour sa part, Mme Salka Mint Sneid, présidente du réseau des femmes journalistes mauritaniennes a loué l’apport de la coopération du centre culturel égyptien.
SEM. Ahmed Fadel Yacoub, ambassadeur d’Egypte a, quant à lui, réaffirmé la volonté de l’Egypte de renforcer sa coopération avec la Mauritanie et sa détermination à faire en sorte que


 le centre culturel égyptien restaure son image éclatante des années 60.

Par ailleurs, le diplomate égyptien a rassuré la présence par rapport à la crise politique que traverse actuellement l’Egypte , soulignant que son pays sortira grandi de cette crise intervenue après la révolution et qui ne doit susciter « aucune inquiétude sur le sort de la grande Egypte ».AN
I

Actualités connexes