Exclusif : Taqadoumy livre les détails sur le scandale qui secoue le ministère de la Culture et des Sports

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

Le contrat de construction du stade omnisports de Nouadhibou, arrêté pour 2 483 007 263 d’ouguiyas, a été signé le 13-3-2013. Le marché est gagné par la société sénégalaise SDTPEF (société d’origine Bissau guinéenne), représentée localement par la société mauritanienne NTPR appartenant à Mahfoudh Ould Zeidane, le frère germain de l’ancien Premier ministre Zeine Ould Zeidane.

La société STPTEF est concurrencée par la société STS de Abdellahi Ould Ahmeyada. Celui-ci est associé dans sa proposition à Ahmed Ould Abderrahmane Ould Lewar, président de la Fédération mauritanienne de football, qui représente à son tour la société espagnole RIJCO / TP. Ces derniers, selon des informations dignes de foi, n’ont pas pu digérer la perte de ce marché. Ils ont décidé en conséquence de le faire échouer, arguant que la société sénégalaise n’a pas le droit de le gagner.

Usant de ses relations avec la fédération Bissau guinéenne de football, Ahmed Ould Lekwar, a demandé à son homologue Bissau guinéen, Alberto De Silva Diaz de lui envoyer une attestation évaluant la qualité et l’expérience de la société SDTPEF.

Sur la base du rapport envoyé par De Silva Diaz, Ahmed Ould Lekwar et son collègue ont demandé à l’autorité de régulation d’annuler le marché accordé à la SDTPEF.

La commission chargée du règlement des contentieux à l’autorité de régulation des contrats publics, dans sa lettre du 7 avril 2013 a rejeté la contestation du contrat déjà signé, malgré l’appui direct de Mohamedou Ould Tijani secrétaire général du ministère de l’habitat. Dans sa lettre du 22 mai 2013 Ould Tijani déclare que la chambre de commerce de Dakar ainsi que les fédérations de football de Mauritanie et de Guinée Bissau mettent en cause la qualification de la société SDPTEF.

La partie gagnante du contrat fait remarquer que ni Ould Lekwar ni le ministère de l’Habitat n’ont le droit de se prononcer sur ce contrat qui ne concerne que l’autorité de régulation des contrats publics et qui a tranché en faveur de la SDTPEF.

Selon d’autres sources, l’Etat mauritanien a soutenu l’annulation du contrat en question bien qu’aucun droit ne lui permet d’annuler une décision de l’autorité de régulation. C’est ainsi que, depuis le 17 mai courant, le nom de la société SDPTEF a été ajouté à la liste noire des sociétés interdites de bénéficier à l’avenir de marchés mauritaniens. Le 20 mai le contrat avec la SDPTEF a été annulé malgré la décision de l’autorité de régulation. La suite on le connaît : le 24 mai, Mahfoudh Ould Zeidane (représentant de SDPTEF) et Hbib Ould Ahmed Salem O Sidi(le mari de la ministre de la Culture et des sports) ont arrêtés et emprisonnés, ainsi que Cheikh Ould Elmoustafa (le directeur des contrats publics au même ministère). Aucune explication n’est donnée sur les raisons de leur arrestation.

Décision de la commission des contrats accordant le marché à la SDPTEF)

Actualités connexes