Etats-Unis: Un homme noir non armé blessé par un tir de policier

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

usanoirNouvelle bavure policière aux Etats-Unis. Alors qu’il était au sol, les mains en évidence, un homme noir non armé a été blessé par un tir de policier mercredi, révèle Slate sur la version anglaise de son site Internet. Le fait divers a été filmé par un témoin grâce à son téléphone. L’homme qui apparaît à l’image, Charles Kinsey, est thérapeute

Comportemental dans un centre de santé mentale près de Miami, aux Etats-Unis. Mercredi, Charles Kinsey était aux côtés d’un autiste de 23 ans, sorti du centre pour flâner dans la rue, quand la police est arrivée, explique Slate.

Il tentait alors de faire rentrer le jeune homme au sein de l’établissement.

Un camion miniature à la main

La police avait été prévenue de la présence sur les lieux d’un homme armé, menaçant de se suicider. A l’arrivée des forces de l’ordre, Charles Kinsey s’est couché sur le sol, les mains en évidence. Sur les images de la vidéo, on peut entendre l’aide soignant tenter de rassurer les officiers de police, expliquant que le jeune garçon n’était pas armé, et qu’il tenait entre ses mains un simple camion miniature.

Des explications qui n’ont semble-t-il pas convaincu les forces de l’ordre. Celles-ci ont ouvert le feu, blessant Charles Kinsey à la jambe.

« Pourquoi m’avez-vous tiré dessus ? »

Et l’homme de raconter au site d’informations local WSVN: « Quand je me suis allongé, je me suis allongé avec les mains en l’air, et je suis resté dans cette position. Je leur ai répété qu’ils n’avaient pas besoin de leurs armes. Il est autiste.

Il a un camion miniature dans les mains. » « Je me tenais là et quand ils ont tiré, j’ai été tellement surpris », a confié Charles Kinsey. « J’ai d’abord pensé à une piqûre de moustique et quand j’ai été touché, alors que j’avais les mains en l’air, je me suis dit “On m’a tiré dessus !”.

J’ai demandé, “Monsieur, pourquoi m’avez-vous tiré dessus ?”. Ses seuls mots ont été : “Je ne sais pas” ». Après lui avoir tiré dessus, les officiers l’ont menotté, a expliqué l’aide soignant, dont le pronostic vital n’est pas engagé.

20minutes.fr

Actualités connexes