Election législative en Guinée Conakry : La rupture se précise entre l’opposition et la CENI

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

conde 123L’opposition guinéenne a décidé de se retirer du comptage des voix des élections législatives du 28 septembre. Elle l’a fait savoir ce jeudi à travers son porte-parole, Sidiya Touré, qui a qualifié le scrutin de « cinéma ». « Nous avons demandé à nos représentants à la Commission nationale de centralisation des votes qu’ils se retirent.

 

Comment participer alors que l’on ne nous autorise pas à défendre nos thèses, qu’on nous interdit de prendre la parole ? C’est du cinéma et nous avons estimé que c’est un casus belli », a-t-il déclaré à l’AFP.

Dans sa déclaration, l’opposition a également fait savoir qu’elle ne cédera pas « à l’intimidation et à la menace brandie par les autorités politiques actuelles qui expriment publiquement leur volonté d’entraver l’exercice des droits de manifestation ».

Tout a commencé le mercredi, alors que la Commission électorale nationale indépendante (CENI) donnait les résultats dans deux circonscriptions, Fria et Dubréka, en Basse Guinée, où le RPG d’Alpha Condé, au pouvoir, aurait remporté les deux sièges à l‘uninominal. L’opposition a rejeté ces chiffres et a accusé la CENI de n’avoir pas tenu compte de ses objections, concernant des irrégularités relevées.

Selon l’Union des forces républicaines (UFR) de Sidiya Touré, à Dubréka, des procès verbaux de bureaux de vote suspects, livrés sans enveloppe et sans signature des délégués de l’opposition, n’auraient pas dû être pris en compte. De plus, il manquerait, selon l’UFR, une trentaine de procès verbaux de bureaux de vote qui ont disparu dans cette circonscription. À Fria, c’est l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) de Cellou Dalein Diallo qui accuse la CENI d’avoir sciemment omis 4000 électeurs, pourtant enregistrés lors du recensement, afin de faire perdre l’opposition.

L’opposition guinéenne retire ainsi ses observateurs à la Commission centrale de compilation des résultats. Mais, ces représentants au sein de la CENI, pour l’instant, restent en place.

 

La nouvelle Tribune

Actualités connexes